Colombie: trois policiers et un fonctionnaire abattus

La rébellion de l'ELN compte encore selon les... (PHOTO JAIME SALDARRIAGA, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

La rébellion de l'ELN compte encore selon les autorités quelque 2500 combattants.

PHOTO JAIME SALDARRIAGA, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
BOGOTA

Trois policiers et un fonctionnaire ont été abattus lors d'une attaque contre un poste de contrôle dans l'est de la Colombie, a annoncé lundi la police colombienne, qui l'attribue à la guérilla de l'ELN.

Les agresseurs, qui circulaient à bord d'une camionnette et de deux motos, ont ouvert le feu dimanche après-midi sur une patrouille de la police sur une route du département de Casanare, a indiqué à l'AFP une source policière.

La patrouille avait établi un point de contrôle contre le vol et la contrebande de bétail près de la localité de Hato Corozal, a indiqué la source.

«Il pourrait s'agir d'une attaque des terroristes de l'ELN», a déclaré le directeur de la police nationale, le général Rodolfo Palomino, sur la radio colombienne Caracol.

L'Armée de libération nationale (ELN), organisation guévariste qui compte quelque 2.500 combattants selon les chiffres des autorités, est la deuxième guérilla du pays derrière les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

Selon le chef de la police, les agresseurs «ont abattu en leur tirant dans le dos trois policiers et un fonctionnaire de la DIAN», la Direction nationale des impôts et des douanes. L'attaque n'avait pas été revendiquée lundi soir.

L'ELN a annoncé en juin dernier qu'elle avait entrepris des discussions préliminaires avec le gouvernement colombien afin d'établir un calendrier formel pour des négociations de paix similaires à celles que Bogota mène avec les Farc depuis novembre 2012 à Cuba.

Le département de Casanare est affecté depuis des années par les activités d'organisations de guérilla, de groupes d'extrême droite et de bandes criminelles.

La Colombie est ravagée depuis plus d'un demi-siècle par les violences de guérillas d'extrême gauche, de groupes paramilitaires d'extrême droite, de bandes criminelles et de fonctionnaires de l'Etat qui ont fait au total quelque 220 000 morts et 5,3 millions de déplacés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer