Une alliance de pays anti-États-Unis fête ses 10 ans

Onze ministres et chefs d'État étaient présents à... (Photo ENRIQUE DE LA OSA, REUTERS)

Agrandir

Onze ministres et chefs d'État étaient présents à La Havane pour souligner les dix ans de l'Alba.

Photo ENRIQUE DE LA OSA, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Rigoberto DIAZ
Agence France-Presse
LA HAVANE

Cuba et plusieurs pays latino-américains amis gouvernés par la gauche ont fêté dimanche les dix ans de l'Alba, bloc créé en 2004 par Hugo Chavez et Fidel Castro contre «l'impérialisme» des États-Unis, avec un message de soutien du président russe Vladimir Poutine.

En présence du président vénézuélien Nicolas Maduro, les responsables de l'Alternative bolivarienne pour les Amériques (Alba) ont salué l'action du successeur d'Hugo Chavez «pour préserver la paix et faire face aux tentatives de déstabilisation».

Les 11 ministres et chefs d'État présents à La Havane ont condamné «énergiquement» les sanctions prévues par le Congrès américain contre les Vénézuéliens impliqués dans la répression de manifestations au printemps dernier.

Entre février et mai dernier, des milliers de manifestants anti-Maduro avaient été arrêtés et au moins 43 personnes ont été tuées dans des heurts politiques.

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, a lu dimanche un message de Vladimir Poutine, en présence des président bolivien Evo Morales et nicaraguayen Daniel Ortega.

Le président russe a félicité l'Alba et souhaité «continuer à approfondir ses relations» avec l'Amérique latine, alors que son pays fait l'objet de sanctions occidentales pour son implication dans la crise ukrainienne.

Le président cubain Raul Castro et ses hôtes ont également renouvelé leur condamnation de l'embargo américain contre Cuba et réclamé que l'île communiste ne figure plus sur la liste américaine des pays soutenant le terrorisme.

Les États-Unis affirment qu'ils ne lèveront l'embargo imposé depuis 1962 que lorsque le régime cubain aura procédé à davantage de changements économiques et sociaux.

Depuis 1982, les États-Unis maintiennent aussi Cuba sur la liste des pays soutenant le terrorisme.

Hugo Chavez (décédé l'an dernier) et Fidel Castro (qui a cédé le pouvoir à son frère Raul en 2006) avaient créé le bloc en décembre 2004 comme alternative à l'Organisation des États américains (OEA), selon eux soumise à «l'impérialisme» de Washington.

Depuis ont été créées l'Union des nations sud-américaines (Unasur, 12 membres) et la Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes (Celac, 33 pays), organisations affranchies des États-Unis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer