Mexique : 11 corps décapités découverts au Guerrero

Un technicien médico-légal boucle une zone à proximité... (PHOTO JORGE DAN LOPEZ, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Un technicien médico-légal boucle une zone à proximité d'une fausse commune découverte, près d'Iguala, au Guerrero, le 21 novembre.

PHOTO JORGE DAN LOPEZ, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CHILPANCINGO

Au moins 11 corps décapités présentant des brûlures et des impacts de balles ont été découverts jeudi au bord d'une route dans l'État mexicain du Guerrero (sud), à proximité du lieu où ont disparu fin septembre 43 étudiants, ont annoncé les autorités locales.

«Ce matin (jeudi), ont été découverts les corps de 11 personnes qui en plus d'avoir été exécutées, ont été décapitées et certaines d'entre elles brûlées», sur une route proche de Chilapa, quelques heures après une fusillade survenue dans la zone, a indiqué à l'AFP une source au gouvernement de l'Etat.

Un message laissé à côté des corps adressé au groupe criminel Los Ardillos (Les Écureuils) indiquait : «Voilà vos déchets», a ajouté cette source sous couvert d'anonymat.

Un policier a indiqué que les corps présentaient des blessures par balle de gros calibre. Les victimes semblaient être âgées d'une vingtaine d'années.

Ce nouveau massacre intervient non seulement dans la région où 43 étudiants ont été enlevés et probablement massacrés par le crime organisé, mais également le jour où le président Enrique Peña Nieto, ébranlé par l'onde de choc ayant suivi ces disparitions, doit faire une série d'annonces visant à rétablir la sécurité dans le pays.

Chilipa se trouve à une quarantaine de kilomètres d'Ayotzinapa, la localité où étudiaient les 43 jeunes élèves enseignants enlevés le 26 septembre à Iguala après avoir subi une attaque menée par la police de la ville et des membres du cartel des Guerreros Unidos.

Les enquêteurs soupçonnent l'ex-maire d'Iguala d'avoir été l'instigateur de cette attaque, qui a également fait six morts.

Des criminels présumés arrêtés dans le cadre de cette enquête ont affirmé que les 43 jeunes hommes avaient été remis au cartel par des policiers locaux puis abattus, brûlés et leurs restes dispersés.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer