Étudiants mexicains disparus: une nouvelle fosse découverte

La nouvelle fosse clandestine a été découverte à... (Photo JESUS GUERRERO, AFP)

Agrandir

La nouvelle fosse clandestine a été découverte à Cocula, près d'Iguala, dans l'État de Guerrero.

Photo JESUS GUERRERO, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
MEXICO

Les autorités ont découvert lundi une nouvelle fosse qui contiendrait des restes humains non loin d'Iguala, la localité du sud du Mexique où 43 étudiants sont portés disparus depuis un mois.

La nouvelle fosse clandestine a été découverte à Cocula, près d'Iguala, dans l'État de Guerrero, des experts ont commencé à y travailler et il semble qu'elle renferme des restes humains, a déclaré à l'AFP un fonctionnaire fédéral.

Auparavant, les autorités avaient déjà trouvé 38 cadavres dans des fosses clandestines dans les environs d'Iguala. Les examens effectués sur 28 d'entre eux ont établi qu'aucun de ces corps n'était celui de l'un des 43 étudiants portés disparus depuis le 26 septembre.

Par ailleurs, les autorités ont arrêté lundi quatre personnes supplémentaires, tous quatre membres présumés du cartel criminel Guerreros Unidos, et dont deux auraient participé directement aux faits qui ont conduit à la disparition des étudiants.

Ces arrestations portent à 56, dont une quarantaine de policiers, le nombre des personnes détenues dans le cadre de l'affaire des disparus d'Iguala, qui suscite l'indignation au Mexique et dans le monde.

Le 26 septembre, alors qu'ils collectaient des fonds à Iguala, les étudiants ont été attaqués par la police locale, appuyée par des membres des Guerreros Unidos. Le bilan a été de six morts et 43 disparus, probablement éliminés par le cartel.

S'adressant aux médias, le procureur général mexicain, Jesus Murillo Karam, a souligné l'importance des arrestations de lundi, indiquant que deux des hommes placés en détention sont les premiers à avoir avoué une participation à la «disparition» forcée des étudiants.

Les autorités détenaient déjà des gens qui avaient avoué leur participation à la capture des étudiants, a rappelé le procureur. «Et nous avions clairement identifié les auteurs intellectuels. Aujourd'hui, nous détenons des gens qui ont fait disparaître ces jeunes», a-t-il dit.

La crise politique déclenchée par l'affaire a entraîné jeudi la démission du gouverneur du Guerrero, Angel Aguirre, très critiqué pour son manque de réaction après la disparition des étudiants.

Le nouveau gouverneur, Rogelio Ortega Martinez, nommé dimanche par le parlement du Guerrero, a été reçu lundi par le président mexicain Enrique Pena Neto dans sa résidence officielle à Mexico.

À cette occasion, le président a annoncé des mesures pour «rétablir l'ordre» dans le Guerrero.

«J'ai donné instruction au cabinet de sécurité, formé par les organismes de la justice et de la sécurité mexicains, pour qu'il se réunisse avec le gouverneur et qu'ils définissent ensemble des actions visant à rétablir l'ordre et la sécurité» dans le Guerrero, a déclaré le président Pena Neto.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer