Choléra: l'ONU a la «responsabilité morale» d'aider Haïti

Un jeune Haïtien porteur du choléra est soigné... (PHOTO SWOAN PARKER, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Un jeune Haïtien porteur du choléra est soigné dans un centre de Médecins sans Frontières à Port-au-Prince.

PHOTO SWOAN PARKER, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse

Les Nations unies ont la «responsabilité morale» d'aider Haïti à mettre fin à l'épidémie de choléra que certains imputent aux Casques bleus, a déclaré le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

«Au-delà des implications judiciaires, en tant que secrétaire général de l'ONU et ne tant que personne, je me sens très triste», a déclaré M. Ban au quotidien The Miami Herald avant le début d'une visite lundi à Haïti.

«Je crois que la communauté internationale, y compris les Nations unies, a la responsabilité morale d'aider le peuple haïtien à endiguer l'extension de cette épidémie de choléra», a-t-il affirmé.

En juin 2011, une étude publiée par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) avait conclu que le choléra, qui avait disparu en Haïti depuis 150 ans, y avait été réintroduit par des Casques bleus népalais déployés dans le pays pour venir en aide à la population après le tremblement de terre dévastateur de janvier 2010.

Mais l'ONU n'a jamais reconnu sa responsabilité dans l'épidémie, estimant impossible de déterminer formellement l'origine de la maladie.

Une plainte a été déposée contre l'ONU en mars auprès d'un tribunal fédéral à Brooklyn, réclamant que l'ONU reconnaisse sa responsabilité, indemnise les victimes et fournisse les soins nécessaires.

Depuis le début de l'épidémie en 2010, environ 700 000 personnes sont tombées malades, dont plus de 8500 sont mortes.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer