Mexique: détention préventive pour deux membres de l'ETA

Classée organisation terroriste pour les États-Unis et l'Union... (Photo: AFP)

Agrandir

Classée organisation terroriste pour les États-Unis et l'Union européenne, l'ETA est rendue responsable de la mort de 829 personnes au cours des 40 ans de sa lutte armée pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre.

Photo: AFP

Agence France-Presse
Madrid

La justice espagnole a placé en détention préventive deux membres de l'ETA arrêtés dimanche au Mexique et aussitôt extradés, soupçonnés d'être les auteurs d'une dizaine d'assassinats il y a plus de 20 ans, a indiqué mercredi une source judiciaire espagnole.

Le couple formé par  Juan Jesus Narváez et Itziar Alberdi avaient fuit l'Espagne il y a 22 ans.

Le juge Ismael Moreno de l'Audience nationale, la plus haute instance pénale espagnole, leur «a infligé une peine de prison sans droit à une libération conditionnelle».

Selon les autorités espagnoles, Juan Jesus Narvaez, alias «Pajas», aurait fait partie d'un commando responsable de plusieurs attentats et de la mort de deux policiers. Six chefs d'accusation pèsent contre lui et quatre contre sa compagne Itziar Alberdi.

«Les deux membres de l'ETA doivent comparaître (...)  dans les prochains jours» a ajouté la même source qui a souligné qu'à eux deux ils totalisaient une dizaine d'assassinats.

Arrêté à l'occasion d'un contrôle d'identité des autorités mexicaines dans la station balnéaire de Puerto Vallarta, sur la côte Pacifique, le couple vivait au Mexique sous de fausses identités.

L'ETA, considérée comme organisation terroriste par l'Union européenne et les États-Unis, est tenue pour responsable de la mort de 829 personnes et de plus d'une quarantaine d'attentats.

En octobre 2011 l'organisation «a annoncé l'arrêt définitif de son activité armée» mais n'a pas déposé les armes et ne s'est pas dissoute comme l'exige le gouvernement espagnol qui refuse de négocier avec l'organisation.

Avec près de cinq cents militants en prison en France et en Espagne, on estime que l'ETA ne compte plus qu'une dizaine de militants actifs vivant dans la clandestinité.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer