Mexique: deux membres de l'ETA accusés de 18 meurtres

Classée organisation terroriste pour les États-Unis et l'Union... (Photo: AFP)

Agrandir

Classée organisation terroriste pour les États-Unis et l'Union européenne, l'ETA est rendue responsable de la mort de 829 personnes au cours des 40 ans de sa lutte armée pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Madrid

La police mexicaine a arrêté dimanche deux membres du groupe armé séparatiste basque ETA, qui faisaient partie d'une cellule accusée d'avoir tué 18 personnes il y a une vingtaine d'années, a annoncé le gouvernement espagnol.

Juan Jesus Narvaez Goñi et Itziar Alberdi, en fuite depuis vingt-deux ans, ont été arrêtés par la police mexicaine dans la station touristique de Puerto Vallarta, sur la côte ouest, selon le ministère espagnol de l'Intérieur.

Le couple avait rejoint en 1990 une cellule de l'ETA chargée de commettre des attentats sur la côté méditerranéenne peu avant le début des jeux Olympiques de Barcelone en 1992 que le groupe armé appelait à boycotter.

«Jusqu'au démantèlement de cette cellule le 21 mars 1992, et en à peine un an, ce commando a mené plusieurs attentats avec explosifs et armes à feu, avec pour bilan tragique 18 tués et de nombreux blessés», indique le minisère dans un communiqué.

Parmi les membres de l'ETA en cavale, Juan Jesus Narvaez Goñi et Itziar Alberdi étaient ceux ayant le plus de meurtres à leur actif.

Classée organisation terroriste pour les États-Unis et l'Union européenne, l'ETA est rendue responsable de la mort de 829 personnes au cours des 40 ans de sa lutte armée pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre.

En octobre 2011, le groupe a annoncé qu'il abandonnait la violence. Affaibli par l'arrestation au cours des dernières années de plusieurs de ses dirigeants en France et en Espagne, il refuse cependant de désarmer.

Jeudi, le gouvernement britannique a arrêté un militant historique de l'ETA, Antonio Troitiño, dont l'Espagne réclame l'extradition. Selon les experts, il n'y aurait plus que quelques dizaines de ses membres actifs toujours en fuite.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer