Cuba: des entreprises pourront louer logements et commerces à des particuliers

À ce jour, seuls les étrangers résidant dans... (PHOTO ENRIQUE DE LA OSA, REUTERS)

Agrandir

À ce jour, seuls les étrangers résidant dans l'île et les institutions nationales ou étrangères pouvaient louer des locaux aux agences immobilières.

PHOTO ENRIQUE DE LA OSA, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LA HAVANE

Le gouvernement de Raoul Castro à Cuba a autorisé mercredi pour la première fois depuis un demi-siècle les entreprises immobilières à louer des logements et des commerces à des Cubains.

Publié au Journal officiel, ce décret «autorise les particuliers cubains résidant à Cuba à avoir recours aux services de locations immobilières offertes par des entreprises immobilières autorisées».

Le décret précise toutefois que les Cubains ne pourront pas louer ces locaux pour en faire des «écoles internationales, des agences de presse ou des organisations non gouvernementales».

À ce jour, seuls les étrangers résidant dans l'île et les institutions (nationales ou étrangères) pouvaient louer des locaux aux agences immobilières qui sont publiques ou à capitaux mixtes (une entreprise étatique associée à une entreprise étrangère).

Il s'agit d'un pas supplémentaire sur la voie des réformes économiques de Raoul Castro qui devrait bénéficier principalement au secteur privé de l'île actuellement en fort développement.

Avec une population de 11,1 millions d'habitants, Cuba compte actuellement quelque 445 000 travailleurs dans le secteur privé qu'on appelle aussi «auto-entrepreneurs», principalement dans le domaine des services, ce qui a créé une forte demande de locaux à usage commercial.

Le marché immobilier a commencé à se développer sur l'île à partir des années 1990 avec les timides réformes économiques approuvées par Fidel Castro (1959-2006) à l'époque de la désintégration du bloc soviétique.

Les agences immobilières, qui avaient disparu au lendemain de la révolution de 1959, sont alors réapparues. On en compte actuellement à peine une poignée.

Fin 2011, Raoul Castro a autorisé les transactions immobilières, interdites depuis la révolution.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer