Miguel Diaz-Canel, le dauphin des Castro

Le président cubain Raul Castro (à gauche) et... (PHOTO DESMOND BOYLAN, REUTERS)

Agrandir

Le président cubain Raul Castro (à gauche) et le nouveau premier vice-président et héritier politique des frères Castro Miguel Diaz-Canel (à droite), devant l'Assemblée nationale cubaine, à La Havane, le 24 février.

PHOTO DESMOND BOYLAN, REUTERS

Partager

Carlos BATISTA
Agence France-Presse
La Havane

Désormais numéro deux du régime cubain, l'ingénieur en électronique Miguel Diaz-Canel Bermudez, 53 ans en avril, devrait avoir la lourde tâche d'assumer dans quelques années l'héritage de plus d'un demi-siècle de pouvoir des frères Fidel et Raul Castro.

Grand, discret et affable, le nouveau dauphin cubain «attire les sympathies, car il sait écouter», explique un proche, soulignant qu'il a toujours su «rester simple».

Ses cheveux grisonnants et son sourire fin ont également valu le surnom de «Richard Gere cubain» à celui qui pourrait devenir le premier dirigeant cubain né après la Révolution de 1959 de Fidel Castro.

Mais surtout, Miguel Diaz-Canel «n'est pas un parvenu», a souligné dimanche le président cubain Raul Castro en retraçant devant l'Assemblée nationale la carrière du nouveau premier vice-président du Conseil d'État, organe suprême du pouvoir cubain.

Né le 20 avril 1960 dans la province de Villa Clara (centre), Miguel Diaz-Canel a milité dans les Jeunesses communistes - dont il a été le numéro deux au niveau national - avant de gravir pas à pas les échelons du tout-puissant Parti communiste de Cuba (PCC).

Professeur d'université au début de sa carrière, il est rapidement devenu un cadre important du Parti, dont il a été le premier secrétaire dans sa province d'origine à partir de 1994, puis dans celle d'Holguin (sud-est), dix ans plus tard.

Son ascension au sein du PCC s'était entre-temps poursuivie avec son entrée en 2003 parmi les quinze membres de son bureau politique, fonctions indispensables à tout aspirant au pouvoir.

En mai 2009, Raul Castro, qui a hérité trois ans plus tôt du pouvoir de son frère Fidel, malade, le rappelle à La Havane pour lui confier le poste de ministre de l'Éducation supérieure. Après un parcours sans faute, il accède en mars 2012 à l'une des huit vice-présidences du conseil des ministres.

Manquait sa présence au sein du Conseil d'État. Il y a fait une entrée spectaculaire dimanche, accédant directement au poste de premier vice-président et reléguant au rang de simple vice-président son prédécesseur, compagnon de route des frères Castro, José Ramon Machado Ventura, 82 ans.

Depuis plus d'un an, il multiplie les missions à Cuba et à l'étranger, avec ou pour représenter Raul Castro. Il a notamment représenté le président à diverses reprises au Venezuela, principal allié politique et partenaire économique de Cuba.

Alors que Raul Castro, qui a été ministre de la Défense de son frère pendant près d'un demi-siècle, aime à s'entourer de militaires, le nouveau numéro deux du régime n'a que son service national comme unique expérience militaire.

Marié deux fois, Miguel Diaz-Canel a eu deux enfants avec sa première épouse Martha, et partage aujourd'hui sa vie avec Lis Cuesta, professeur d'université et employée d'une agence de tourisme culturel.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer