#CrimingWhileWhite: quand des Américains blancs dénoncent une justice à deux vitesses

Les policiers américains agissent-ils différemment quand ils ont... (PHOTO LUCAS JACKSON, REUTERS)

Agrandir

Les policiers américains agissent-ils différemment quand ils ont affaire à une clientèle blanche? Si l'on en croit les témoignages sur #CrimingWhileWhite, on aurait tendance à penser que oui.

PHOTO LUCAS JACKSON, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse

Le mot-clic, que l'on peut traduire par «Commettre un crime en étant blanc» (où criming se veut la contraction de committing a crime) répertorie une série de confessions sur Twitter, où des Américains blancs y vont d'intrigantes révélations. Contrairement à leurs concitoyens afro-américains ou hispaniques, ils ne dénoncent pas l'harcèlement ou encore la violence qu'ils subissent de la part des policiers, mais bien l'impunité dont ils jouissent au pays de l'oncle Sam.

Dans la foulée des morts d'Eric Garner et de Michael Brown, le hashtag est devenu tendance (trendy) sur le site de microblogues. Mais si certains saluent l'«honnêteté» de ces criminels impunis qui vise à corroborer la dénonciation faite notamment par plusieurs Américains noirs quant à l'existence d'une justice raciste aux États-Unis, d'autre mettent en doute la pertinence de ce dévoilement de prétendus privilèges dont jouissent les Blancs quand ils ont à faire aux représentants des forces de l'ordre.

À lire sur rue89.nouvelobs.com

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer