Richard Nixon, Philip Roth et l'antisémitisme

Le président Richard Nixon, à Washington, en avril... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Le président Richard Nixon, à Washington, en avril 1974.

PHOTO ARCHIVES AP

La Presse

En 1971, le célèbre auteur américain Philip Roth publie une satire de l'administration Nixon, roman intitulé Our Gang (Tricard Dixon et ses copains). Dans son nouveau livre, l'auteur de Portnoy's Complaint (Portnoy et son complexe) met en scène le président Dixon (référence directe au 37e président américain), dirigeant hostile à l'avortement, qui après s'être fait assassiner, finit en enfer où il lance un mouvement politique. Ulcéré par l'irrévérence de l'écrivain, Richard Nixon s'interroge avec son chef de cabinet H.R. Haldeman sur la gestion de l'affaire Roth. L'antisémitisme vient alors comme étant la solution aux yeux du seul président démissionnaire de l'Histoire américaine.

«Je pense que l'antisémitisme dans cette affaire peut, ça me désole, mais ça peut nous aider», lance Nixon à Haldeman. Son chef de cabinet rétorque alors: «Il y a beaucoup plus d'antisémites qu'il n'y a de Juifs, et les antisémites sont généralement de notre côté, alors que les Juifs ne le sont certainement pas.»

À lire sur nouvelobs.com




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer