Un Libyen acquitté de l'assassinat de l'ambassadeur américain à Benghazi

Cet événement avait choqué les États-Unis: aucun ambassadeur... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

Cet événement avait choqué les États-Unis: aucun ambassadeur américain n'avait ainsi été tué depuis 1979.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien BLANC
Agence France-Presse
Washington

Jugé depuis le 2 octobre à Washington pour l'attaque ayant tué l'ambassadeur des États-Unis en 2012 à Benghazi, le Libyen Abou Khattala a été acquitté mardi des principales accusations à son encontre, mais condamné pour «terrorisme».

M. Khattala, dont la peine sera prononcée à une date restant à fixer, a notamment été reconnu innocent des actions qui ont causé la mort dans ce port libyen de l'ambassadeur Christopher Stevens, d'un employé du département d'État et deux employés de la CIA.

Abou Khattala a été reconnu coupable de quatre chefs d'accusation: un d'association à but terroriste, un de soutien au terrorisme, un de destruction malveillante de biens immobiliers et mise en danger d'autrui et un de port et utilisation d'une arme semi-automatique.

Il a été acquitté des 14 autres chefs d'accusation, parmi lesquels ceux lui faisant encourir la réclusion à perpétuité.

Le Libyen de 46 ans peut encore théoriquement être condamné à une peine allant jusqu'à la prison à vie, selon un communiqué actualisé par le bureau du procureur.

Reste que le verdict annoncé mardi est un camouflet pour les autorités américaines qui n'ont pas réussi à convaincre les 12 jurés qu'Abou Khattala était bien le cerveau de l'attaque de Benghazi.

Cet événement avait choqué les États-Unis: aucun ambassadeur américain n'avait ainsi été tué depuis 1979. Plusieurs branches du gouvernement de Barack Obama s'étaient vu reprocher des failles et négligences, notamment le département d'État alors dirigé par Hillary Clinton.

La CIA, elle-même critiquée à l'époque, a toutefois salué mardi la sentence.

Abou Khattala... (AP) - image 2.0

Agrandir

Abou Khattala

AP

«Justice en partie rendue» 

«Aujourd'hui justice a été en partie rendue. Un jury fédéral a condamné Ahmed Abou Khattala pour le terrorisme qu'il a infligé aux patriotes hommes et femmes - du département d'État et de la CIA - à Benghazi dans la nuit du 11 septembre 2012», a déclaré Mike Pompeo, le directeur de l'agence de renseignement.

Portant une longue barbe blanche, M. Khattala a durant les huit semaines de son procès suivi les débats d'audience par le truchement d'un interprète.

Ses avocats n'ont cessé de le présenter comme un homme religieux et conservateur, en réfutant qu'il vouait une haine tenace à l'Occident. Ce «patriote libyen» s'est selon eux battu «aux côtés des Américains» contre le régime du dictateur Mouammar Kadhafi, déchu en 2011.

L'accusation a de son côté tenté de démontrer que Khattala était un fondamentaliste radicalement opposé aux valeurs occidentales, qui ne supportait pas la rumeur selon laquelle les locaux américains de Benghazi étaient un nid d'espions.

Une vingtaine d'hommes armés avaient pris d'assaut le complexe diplomatique, avant d'incendier la maison consulaire où étaient réfugiés l'ambassadeur Stevens et un diplomate, Sean Smith. Ils moururent asphyxiés.

Plus tard cette même nuit, les activistes avaient tiré au mortier sur un bâtiment de la CIA dans un autre quartier de Benghazi, ville située dans l'est de la Libye. Les obus avaient tué Glen Doherty et Tyrone Woods, deux anciens soldats d'élite recrutés par la CIA.

Christopher Stevens... (REUTERS) - image 3.0

Agrandir

Christopher Stevens

REUTERS

Preuves manquantes  

Malgré leurs efforts, les procureurs ont manqué de preuves irréfutables de l'implication de Khattala dans l'attaque. Les photos et vidéos de surveillance versées au procès ne l'ont jamais montré en train d'avoir un geste hostile.

Abou Khattala, qui n'est jamais entré dans la clandestinité, avait été capturé en 2014 à Benghazi, grâce à une opération commando et le retournement d'un de ses amis, récompensé par les autorités américaines d'une somme de 7 millions de dollars.

Il y a seulement quelques années, un homme comme lui aurait probablement été transféré directement à Guantanamo et n'aurait connu que la détention et la justice militaires.

Ce procès devait permettre d'évaluer la capacité de la justice civile américaine à traiter de tels dossiers. L'acquittement partiel d'Abou Khattala pourrait au contraire renforcer la conviction des faucons du gouvernement Trump qu'une justice d'exception s'impose pour de tels accusés.

Un autre protagoniste présumé de l'attaque de Benghazi, Moustafa al-Imam, a récemment été capturé en Libye et ramené aux États-Unis pour y être jugé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer