Zimbabwe: la police annonce un «retour à la normale»

Le porte-parole des forces armées, Overson Mugwisi, et la... (Photo AP)

Agrandir

Le porte-parole des forces armées, Overson Mugwisi, et la porte-parole de la police, Charity Charamba.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Harare

Les forces de sécurité zimbabwéennes ont annoncé lundi un «retour à la normale» dans le pays après l'intervention militaire mi-novembre qui a provoqué la démission du président Robert Mugabe et son remplacement par l'ancien vice-président.

«Nous, les forces de défense du Zimbabwe et des services de sécurité au Zimbabwe, souhaitons informer la nation que c'est le retour à la normale dans notre pays à la suite de la prestation de serment historique du président de la République du Zimbabwe, le camarade Emmerson Dambudzo Mnangagwa» vendredi, a déclaré la porte-parole de la police, Charity Charamba.

Le chef de l'État a «donné une nouvelle direction» au pays, a-t-elle ajouté à Harare lors d'une conférence de presse conjointe avec l'armée.

«Vous verrez bientôt les forces de défense zimbabwéennes et les membres de la police mener ensemble des patrouilles, notamment dans le centre-ville d'Harare», a-t-elle encore dit.

De son côté, le porte-parole des forces armées, Overson Mugwisi, a appelé «les citoyens à respecter la paix».

Les forces de sécurité «ont déjà reçu des informations selon lesquelles des propriétés, notamment des fermes et des maisons, ont été pillées et sont occupées de façon illégale. Il s'agit d'un comportement criminel (...) et les coupables seront poursuivis», a-t-il affirmé.

L'armée zimbabwéenne, loyale pendant trente-sept ans à Robert Mugabe, avait pris, à la surprise générale, le contrôle du pays dans la nuit du 14 au 15 novembre.

Elle était intervenue pour barrer la route à la Première dame Grace Mugabe, qui s'était retrouvée propulsée favorite à la succession de son mari, après l'éviction du vice-président Emmerson Mnangagwa.

Sous la pression de l'armée, de la rue et de son propre parti, Robert Mugabe, 93 ans, a finalement renoncé au pouvoir le 21 novembre, alors que l'Assemblée nationale débattait de sa destitution.

Il a été remplacé dès vendredi par son ancien bras droit devenu rival, Emmerson Mnangagwa, âgé de 75 ans.

Ce dernier, qui hérite d'un pays ruiné, doit annoncer prochainement la composition de son gouvernement.

Le nouveau régime décrète jour férié l'anniversaire de Mugabe

Le 21 février, jour anniversaire de l'ex-président zimbabwéen Robert Mugabe, a été officiellement décrété jour férié dans ce pays d'Afrique australe, une décision très symbolique prise quelques jours seulement après la prestation de serment du nouveau chef de l'État, a rapporté lundi la presse d'État.

«Il a été décidé que chaque 21 février serait jour férié et appelé journée de la jeunesse Robert Gabriel Mugabe», selon le quotidien The Herald citant le journal officiel.

L'annonce au journal officiel date précisément du jour où le nouvel homme fort du pays Emmerson Mnangagwa a pris ses fonctions.

Lors de son discours d'investiture, M. Mnangagwa, qui a promis de tourner le dos à l'ancien régime, a rendu un hommage appuyé à son prédécesseur, le «père de la nation», appelant le pays à reconnaître «son immense contribution à la construction» du pays.

L'instauration de ce nouveau jour férié avait été annoncée en août par le ministre de l'Intérieur de l'époque, Ignatius Chombo, mais n'avait pas encore été officialisée.

Selon Leo Mugabe, un neveu de Robert Mugabe, interrogé ce week-end par l'AFP, l'ancien président se porte «bien» et «se réjouit de sa nouvelle vie». Ces déclarations confirment que Robert Mugabe et son épouse Grace ont, pour l'heure, écarté la piste d'un exil, évoquée ces derniers jours.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer