Un millier de Tunisiens manifestent contre une loi controversée

Les protestataires, des jeunes en majorité, ont défilé... (PHOTO FETHI BELAID, AFP)

Agrandir

Les protestataires, des jeunes en majorité, ont défilé sous haute surveillance sur l'avenue Habib Bourguiba, haut lieu de la révolution de 2011 qui provoqua la chute de la dictature.

PHOTO FETHI BELAID, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TUNIS

Plus d'un millier de personnes ont manifesté samedi à Tunis contre une loi controversée d'amnistie de fonctionnaires impliqués dans la corruption sous la dictature, adoptée cette semaine malgré son rejet par la société civile et l'opposition.

Défendue par le président Béji Caïd Essebsi, cette loi dite de «réconciliation» a été approuvée mercredi au Parlement par 117 élus notamment du parti Nidaa Tounès et des islamistes d'Ennahdha, à l'issue d'une journée de débats houleux.

«Nous ne pardonnons pas!», «Nous refusons le blanchiment des corrompus!», ont scandé les manifestants, rassemblés dans le centre de Tunis à l'initiative du collectif Manich Msamah («Je ne pardonnerai pas») et des partis de l'opposition.

Sous haute surveillance, les protestataires --des jeunes en majorité-- ont défilé sur l'avenue Habib Bourguiba, haut lieu de la révolution de 2011 qui provoqua la chute de la dictature.

«Cette loi est une honte pour la Tunisie! Elle reconnaît la corruption, pardonne aux corrompus et montre clairement la volonté des lobbies dans le pays à imposer leur volonté», a affirmé à l'AFP Samia Abbou, députée du Courant démocrate et critique virulente de la classe politique au pouvoir.

Au départ, le projet de loi prévoyait l'amnistie de certaines personnes --hommes d'affaires, anciens du régime déchu de Zine El Abidine Ben Ali-- poursuivies pour corruption, en échange du remboursement à l'État des sommes indûment gagnées et d'une pénalité financière.

Face au tollé, le texte a été revu pour ne concerner que les fonctionnaires accusés d'être impliqués dans des faits de corruption administrative et n'ayant pas touché de pots-de-vin.

Pour Hamma Hammami, chef du Front populaire (gauche), «la loi de réconciliation concerne des anciens ministres, secrétaires d'État et des responsables sécuritaires, elle concerne le personnel politique de Ben Ali que (le président) Béji veut blanchir».

«Béji Caïd Essebsi est aujourd'hui à la tête de la contre-révolution avec Rached Ghannouchi», chef d'Ennahdha, déplore M. Hammami, disant craindre «un retour à un régime despotique et autoritaire».

Ces craintes sont suscitées par les déclarations du conseiller politique de Nidaa Tounès, Borhane Bsaies, selon lesquelles son parti est favorable à un appel à un référendum en vue d'un changement du régime politique en Tunisie.

L'adoption de la loi de réconciliation a été vivement critiquée par des ONG nationales et internationales.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer