Attentat de Berlin: la Tunisie arrête 3 personnes liées à l'auteur présumé

Walid Amri tient une photo de son frère... (PHOTO FETHI BELAID, AFP)

Agrandir

Walid Amri tient une photo de son frère Anis, l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, le 23 décembre à Oueslatia, en Tunisie.

PHOTO FETHI BELAID, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yacine LE FORESTIER avec Mounir SOUISSI à Tunis
Agence France-Presse
BERLIN

Trois proches d'Anis Amri, l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, dont son neveu, ont été interpellés samedi en Tunisie, alors qu'en Allemagne la police cherche d'éventuels complices l'ayant aidé pour l'attaque ou dans sa fuite.

Les trois hommes arrêtés en Tunisie sont membres d'une «cellule terroriste (...) liée» à Anis Amri, tué vendredi en Italie, a annoncé le ministère tunisien de l'Intérieur, sans toutefois mentionner un lien quelconque avec l'attaque de Berlin.

Parmi eux figurent le neveu d'Amri qui, selon le ministère, a fait allégeance au groupe Etat islamique comme son oncle, et a «avoué être en contact» avec ce dernier via «l'application cryptée Telegram pour échapper à la surveillance policière».

Il a également affirmé, toujours selon Tunis, que son oncle était «l'émir» d'un groupe jihadiste en Allemagne connu sous le nom de brigade «Abou al-Walaa» et que ce dernier lui avait «envoyé des sommes d'argent» pour l'aider à le rejoindre.

Comment a-t-il pu gagner l'Italie ?

En Allemagne, l'enquête se concentrait sur le parcours exact d'Amri depuis Berlin jusqu'à Milan où, trois jours après l'attentat, il a fini sa cavale sous les balles d'un jeune policier lors d'un contrôle de routine.

«Maintenant, il est d'une grande importance de déterminer si dans la préparation et l'exécution» de l'attentat du marché de Noël, qui a fait 12 morts, puis dans «la fuite du suspect, il y a eu un réseau de soutien, un réseau d'aide, des complices», a dit vendredi le chef du parquet antiterroriste, Peter Frank.

«Comment a-t-il bien pu gagner l'Italie depuis Berlin?», demandait samedi le journal Bild, s'étonnant qu'il ait pu fuir au nez et à la barbe de toutes les polices du pays.

L'homme a transité par la France, en l'occurrence Lyon et Chambéry (est), pour arriver jeudi soir dans la banlieue nord de Milan.

Des billets de train pour un trajet Lyon-Chambery-Milan, via Turin, ont été retrouvés sur lui, et au moins l'un d'eux a été payé en liquide jeudi en début d'après-midi, selon une source française proche de l'enquête.

Les enquêteurs cherchent aussi à savoir par quel moyen de transport l'homme est arrivé à Lyon, train, bus ou voiture, et par où il est passé après avoir pris la fuite.

Dans une Allemagne placée sous haute sécurité, la police a par ailleurs annoncé samedi la remise en liberté sans poursuite de deux frères originaires du Kosovo, interpellés jeudi car les enquêteurs les soupçonnaient de préparer un attentat contre un des plus grands centres commerciaux d'Allemagne, à Oberhausen (ouest).

«Les soupçons contre ces deux suspects salafistes n'ont pas pu être étayés», a indiqué la police.

Merkel promet des changements

Au lendemain de la mort d'Anis Amri, de nombreux Berlinois ont visité le marché de Noël visé par l'attaque au camion-bélier, allumant des bougies ou déposant des fleurs en mémoire des victimes, toutes désormais identifiées.

Sept d'entre elles sont des Allemands. Les autres sont polonais, israélien, tchèque, ukrainien et italien, selon la police.

«C'est vraiment bien de voir qu'il y a tant de gens et que le marché est ouvert», témoigne Marianne Weile, une Danoise de 56 ans, venue visiter les lieux du drame.

«Même si tout ça est vraiment triste, on peut quand même fêter Noël, ce fou furieux n'a pas réussi à tout gâcher», ajoute-t-elle.

Les autorités allemandes doivent désormais rassurer une opinion inquiète après l'attentat qui a aussi révélé des failles importantes dans le dispositif antiterroriste du pays, qui n'a pas réussi à arrêter à temps Anis Amri alors qu'il était connu depuis longtemps pour sa radicalisation et sa dangerosité.

La chancelière allemande a annoncé que «tous les aspects» de l'affaire seraient passés au crible.

L'attentat et les ratés de l'administration constituent un nouveau coup dur pour Angela Merkel sur le plan politique à neuf mois d'élections législatives, alors qu'elle est déjà critiquée pour sa politique d'accueil généreuse des réfugiés.

La droite populiste anti-immigrés AfD bondit à plus de 15% d'intentions de vote, selon un sondage publié samedi et réalisé après l'attaque au camion-bélier.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer