Niger: cinq morts dans une attaque de Boko Haram

Cinq villageois ont été tués et deux autres blessés dans une attaque menée... (Photo AFP)

Agrandir

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Cinq villageois ont été tués et deux autres blessés dans une attaque menée vendredi soir par le groupe islamiste nigérian Boko Haram dans la région de Diffa (sud-est du Niger), selon le gouverneur de cette région frontalière du Nigeria.

«Cinq personnes ont été tuées et deux autres ont été blessés à Toumour (75 km au nord de Diffa) par des éléments infiltrés de Boko Haram dans la nuit de vendredi» à samedi, a affirmé Dan Dano Mahaman Laouali, le gouverneur de Diffa à la radio publique nigérienne. C'est la première attaque dans l'Est depuis début juin lorsque Boko Haram avait lancé une offensive d'envergure avant d'être repoussé par un déploiement de forces militaires.

«Boko a encore refait surface à Toumour. Malgré des ripostes acharnée des habitants armés de flèches et d'armes blanches, les assaillants équipés de fusils ont tué cinq personnes et blessé deux autres» a ajouté le correspondant de la radio qui s'est rendu sur les lieux.

Parmi les tués figure un ressortissant du Nigeria, a précisé le gouverneur.

Les assaillants, dont le nombre restait indéterminé, ont mené «l'attaque aux environs de 22h» et «pris la fuite vers le Nigeria» en traversant la rivière Komadougou Yobé qui marque la frontière, selon une source sécuritaire.

Avant de se retirer, ils «ont incendié de nombreuses cases», a indiqué à l'AFP un résident de Toumour.

Ce raid de Boko Haram intervient trois mois après l'attaque massive menée le 3 juin contre des positions de l'armée nigérienne à Bosso, près de la frontière du Nigeria, dans laquelle 26 soldats ont été tués, selon un bilan officiel de Niamey. Plusieurs civils avaient également été tués sans que l'on en connaisse le nombre exact.

Le groupe islamiste avait également tué des gendarmes quelques jours plus tard à Nguagam près d'un site de personnes déplacées.

Fin juillet, la Force multinationale mixte (Nigeria, Tchad, Niger, Cameroun), a indiqué avoir repris aux insurgés islamistes les localités stratégiques nigérianes de Doutchi et Damasack, proches du Niger.

Depuis février 2015, Boko Haram mène des attaques autour de Diffa, région frontalière du nord-est du Nigeria, fief des insurgés islamistes.

La région de Diffa abrite plus de 300 000 réfugiés et déplacés, dont des milliers vivent aux dépens d'une population locale déjà très pauvre, selon l'ONU qui demande à la communauté internationale d'accroître son soutien financier pour leur venir en aide.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer