La CPI condamne Jean-Pierre Bemba à 18 ans de prison

La Cour pénale internationale a reconnu l'ancien vice-président... (PHOTO Michael Kooren, archives reuters)

Agrandir

La Cour pénale internationale a reconnu l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba coupable de crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis par sa milice en Centrafrique en 2002-2003.

PHOTO Michael Kooren, archives reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sophie MIGNON
Agence France-Presse
LA HAYE et KINSHASA

La Cour pénale internationale a condamné mardi l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba à 18 années de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, un verdict historique.

Riche homme d'affaires devenu chef de guerre, Jean-Pierre Bemba, 53 ans, a été condamné pour la vague de meurtres et de viols commis par sa milice, le Mouvement de libération congolais (MLC), en Centrafrique entre octobre 2002 et mars 2003.

Décrivant les violences, menaces, viols, meurtres, traumatismes vécus par des familles entières de manière répétée, la juge Sylvia Steiner a souligné la « cruauté particulière » de ces crimes contre des victimes « particulièrement vulnérables », dans le prononcé de la peine.

En cinq mois, en 2002 et 2003, quelque 1500 hommes du MLC ont tué, pillé et violé en Centrafrique, où ils s'étaient rendus pour soutenir le président Ange-Félix Patassé face à une tentative de coup d'État menée par le général François Bozizé.

« L'échec de M. Bemba à prendre des mesures avait délibérément pour objectif d'encourager ces attaques menées contre la population civile », a estimé Mme Steiner.

La chambre à trois juges n'a trouvé « aucune circonstance atténuante » permettant d'alléger la peine de M. Bemba.

À la lecture de la peine, Jean-Pierre Bemba est resté sans réaction. Vêtu d'un costume sombre, d'une chemise claire et d'une cravate bleu foncé, il se tenait voûté derrière les écrans d'ordinateur, les mains jointes, les doigts entremêlés, jetant de temps à autre un oeil vers le public.

Historique à plusieurs égards, cette peine est la plus lourde jamais imposée par cette juridiction basée à La Haye, aux Pays-Bas, fondée en 2002 pour juger les pires crimes commis à travers le monde. La procureure Fatou Bensouda avait requis « 25 ans au minimum ».

Elle sanctionne pour la première fois devant la CPI l'utilisation de viols et violences sexuelles en tant que crimes de guerre.

Enfin, il s'agit de la première peine rendue contre un ancien vice-président dans l'histoire de la Cour, ainsi que contre un commandant militaire, en vertu du principe de la « responsabilité du commandant ».

« Justice pour les victimes »

Réagissant au jugement, Human Rights Watch a déclaré sur Twitter accueillir cette peine qui « offre une mesure de justice pour les victimes de violence sexuelle » et sert d'avertissement aux « autres commandants qui, eux aussi, peuvent être tenus responsables de viols et d'autres sérieux abus commis par les troupes sous leur contrôle ».

L'équipe de défense de M. Bemba a déjà annoncé lundi soir, à quelques heures du verdict, son intention de faire appel et elle a demandé la cassation du procès.

D'après l'avocat Peter Haynes, M. Bemba, dont les droits en tant qu'accusé « n'ont été à aucun moment respectés », a été reconnu coupable « sur la base de spéculations » dans une « affaire qui était profondément incohérente, invraisemblable dans les faits, et basée sur une évaluation sélective et souvent imparfaite des preuves ».

Surnommé le « Mobutu miniature », ce colosse de 1,90 m au visage rond, intraitable et autoritaire, a créé et dirigé le MLC en République démocratique du Congo, après avoir quitté Kinshasa en 1999 après la prise du pouvoir par le chef rebelle et père de l'actuel président Laurent-Désiré Kabila.

Sa milice régnait alors en maître dans la région de l'Équateur et une partie du nord-est du pays.

À la fin de la deuxième guerre du Congo (1998-2003), M. Bemba est devenu vice-président du gouvernement de transition de Joseph Kabila de juillet 2003 à décembre 2006 après avoir perdu au deuxième tour de l'élection présidentielle contre ce dernier.

Installé en Europe, il avait ensuite été arrêté à Bruxelles en 2008 pour être remis à la CPI, où il a plaidé non coupable tout au long de ce procès ouvert en novembre 2010.

Détenu depuis huit ans, M. Bemba devrait purger encore dix ans, a ajouté la juge.

Il s'agit de la troisième peine prononcée depuis 2002 par la CPI, après avoir condamné deux chefs de guerre congolais respectivement à douze et 14 ans de prison.

Une « justice sélective »

La condamnation de l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba à 18 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale est le résultat d'une « justice sélective », a dénoncé mardi à Kinshasa le parti de M. Bemba.

Depuis Kinshasa, le Mouvement de libération du Congo (MLC) - parti de M. Bemba - a dénoncé une « justice sélective ». Le MLC « ne cessera jamais de dénoncer la justice sélective de la Cour pénale internationale (...) et la politisation à outrance » de cette institution, a réagi sa secrétaire générale, Ève Bazaiba, après l'annonce de la peine infligée à M. Bemba.

Mme Bazaiba s'exprimait devant la presse au siège du MLC, où près de 200 militants ont suivi dans un grand silence la retransmission du jugement de la cour de La Haye sur écran géant.

« Nous ne cesserons jamais de rappeler que les victimes des exactions en République centrafricaine ont droit de connaître les véritables auteurs de ces crimes. On ne peut pas laisser les véritables auteurs et s'acharner sur la personne de Jean-Pierre Bemba. Ça, c'est une justice discriminatoire », a-t-elle ajouté.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer