«Vague sans précédent» d'attaques contre les albinos au Malawi

Edna Cedrick, 26 ans, en compagnie de son... (Photo AP)

Agrandir

Edna Cedrick, 26 ans, en compagnie de son fils survivant dont le frère jumeau a été enlevé et tué le 24 mai 2016.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LILONGWE

Les albinos au Malawi, y compris les très jeunes enfants, sont victimes d'une «vague sans précédent d'attaques brutales», alimentées par des pratiques rituelles et la passivité des autorités, a dénoncé mardi Amnistie internationale.

Depuis novembre 2014, le nombre d'assassinats et d'enlèvements d'albinos est «en forte augmentation», selon un communiqué (en anglais) de l'organisation de défense des droits de l'homme. Au moins 18 personnes ont été tuées et cinq kidnappées, dont un enfant de deux ans qui reste toujours introuvable, a précisé Amnistie.

«Avril 2016 a été le mois le plus sanglant avec quatre assassinats d'albinos», selon Amnistie qui a publié mardi un rapport intitulé Nous ne sommes pas des animaux à chasser ou à vendre: Violences et discriminations contre les albinos au Malawi (en anglais).

Les os des albinos «seraient vendus à des guérisseurs traditionnels au Malawi et au Mozambique pour concocter des potions magiques censées apporter la richesse ou la chance. Ce commerce macabre est aussi alimenté par la croyance que les os des albinos contiennent de l'or», a expliqué Amnistie internationale.

L'ONG accuse les autorités malawites de laisser les albinos «à la merci de gangs criminels». La police manque de ressources pour répondre à temps aux attaques et maintenir une présence visible dans les zones les plus à risque, selon l'organisation qui appelle le gouvernement à «prendre des mesures spécifiques pour la protéger».Le porte-parole de la police, Nicholas Gondwa, a confirmé qu'au moins 18 personnes avaient été tuées depuis novembre 2014 pour cause de leur albinisme, précisant que le district de Machinga dans le sud était la région la plus dangereuse.

Il a assuré à l'AFP que la police «faisait tout son possible pour éduquer les gens sur la nécessité d'assurer la sécurité des albinos».

«Même les morts ne sont pas laissés en paix. La police du Malawi a enregistré au moins 39 affaires d'exhumation illégale de corps d'albinos ou de personnes arrêtées en possession d'os ou de membres d'albinos.»

Les albinos sont aussi victimes de discrimination à l'école et dans le système de santé. «Beaucoup meurent de cancer de la peau faute de moyens de prévention comme la crème solaire et d'informations sur leur condition», selon Amnistie.

Vidéo en anglais



Dans ce contexte, la population albinos du Malawi, évaluée entre 7000 et 10 000 personnes, «vit dans une peur constante», selon Amnistie qui appelle le gouvernement à «prendre des mesures spécifiques pour la protéger».

Une femme albinos a expliqué ne pas «prendre l'ascenseur avec des étrangers», de peur d'être attaquée. «Des gens me disent en face qu'ils vont me vendre», a témoigné un homme de 37 ans.

L'albinisme est une maladie génétique héréditaire qui se traduit par une absence de pigmentation dans la peau. Les personnes albinos sont victimes de violences dans plusieurs pays africains, dont le Malawi.

Début juin, la justice du Malawi a interdit à tous les sorciers et guérisseurs traditionnels d'exercer afin de protéger les albinos.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer