Écrasement d'EgyptAir: le signal d'une première boîte noire détecté

L'écrasement du vol Paris-Le Caire d'EgyptAir qui survenu... (PHOTO Amr Nabil, ARCHIVES AP)

Agrandir

L'écrasement du vol Paris-Le Caire d'EgyptAir qui survenu le 19 mai en Méditerranée a coûté la vie à 66 personnes, dont deux Canadiens.

PHOTO Amr Nabil, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Tony GAMAL-GABRIEL
Agence France-Presse
LE CAIRE

La Marine française a détecté mercredi le signal d'une des boîtes noires du vol Paris-Le Caire d'EgyptAir qui s'est abîmé en Méditerranée il y a 12 jours, mais il faudra attendre au moins une semaine avant de pouvoir les repêcher.

Seules les analyses des enregistreurs de vol pourront permettre de connaître les causes de l'écrasement de l'Airbus A320 d'EgyptAir, qui s'est abîmé le 19 mai entre la Crète et la côte nord de l'Égypte avec 66 personnes à bord, après avoir soudainement disparu des écrans radars.

Le Laplace, un bâtiment de la Marine française arrivé mardi sur la zone de l'écrasement pour participer aux recherches, a détecté le « signal d'une balise d'un enregistreur de vol », a indiqué le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) français, après une annonce similaire, mais plus prudente, des autorités égyptiennes.

Le navire français est équipé de trois engins immergés (DETECTOR-6000) de la société française Alseamar, capables de détecter les « pings » (écho sonar) des boîtes noires jusqu'à 4000 à 5000 mètres de profondeur.

« La détection de ce signal est une première étape », a souligné le directeur du BEA, Rémi Jouty, dans un communiqué.

Elle a été opérée « à partir de l'analyse des données radar disponibles et du signal de la balise de détresse qui ont permis de définir une zone de recherches prioritaire et les moyens à mettre en oeuvre. Ce travail a été effectué en étroite coordination avec les autorités égyptiennes », a ajouté M. Jouty.

Le ministère de l'Aviation civile égyptienne a prévenu qu'il faudra attendre une semaine avant l'arrivée d'un autre bateau, spécialement équipé pour faire remonter à la surface les deux enregistreurs de vol.

Un navire de la société Deep Ocean Search (DOS), le John Lethbridge, équipé d'un robot permettant de repêcher les enregistreurs doit rejoindre la zone de l'écrasement vers le 10 juin.

« Multiplier les efforts »

Deux Canadiens, 40 Égyptiens - dont l'équipage -, et 15 Français se trouvaient notamment à bord du vol MS804 d'EgyptAir. Parmi les victimes figurent aussi deux Irakiens, ainsi que des ressortissants d'Algérie, de Belgique, de Grande-Bretagne, du Tchad, du Portugal, d'Arabie saoudite et du Soudan.

L'hypothèse de l'attentat, initialement mise en avant par l'Égypte, a cédé du terrain au profit de celle de l'incident technique : des alertes automatiques avaient en effet été émises par l'appareil deux minutes avant sa chute, signalant de la fumée dans le cockpit et une défaillance de l'ordinateur gérant les commandes.

« Nous multiplions les efforts pour déterminer la localisation des deux boîtes noires », a indiqué l'Aviation civile égyptienne, affirmant que le signal capté était « probablement » celui d'une des boîtes noires de l'Airbus A320.

« Dans l'attente du navire de DOS, équipé pour détecter les «pings» en eaux très profondes, mais surtout de robots capables de descendre jusqu'à 6000 mètres pour récupérer les boîtes noires, il n'y a ainsi aucune perte de temps puisque le Laplace tente de les localiser entre-temps », assurait dimanche à l'AFP une source proche de l'enquête.

Cette source évoquait une profondeur d'environ 3000 mètres dans la zone des recherches, à quelque 290 km au nord de la côte égyptienne.

Outre trois enquêteurs français du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) dépêchés au Caire en compagnie d'un expert d'Airbus pour participer à l'enquête sur les causes de l'écrasement, deux membres du BEA se trouvent à bord du Laplace, selon le gouvernement français.

Immédiatement après l'écrasement du vol Paris-Le Caire, le gouvernement égyptien, mais aussi la grande majorité des experts penchaient pour la thèse de l'attentat : en octobre 2015, le groupe djihadiste État islamique (EI) avait revendiqué un attentat à la bombe contre un avion de touristes russes, peu après le décollage de la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, qui avait tué ses 224 occupants.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer