EgyptAir: les restes humains portent des traces de brûlures

Les 66 personnes, dont deux Canadiens, qui prenaient... (PHOTO AFP)

Agrandir

Les 66 personnes, dont deux Canadiens, qui prenaient place à bord du vol 804 sont mortes. La cause de l'accident n'a pas encore été élucidée.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Le Caire

Les restes humains retrouvés dans le secteur où un vol du transporteur aérien EgyptAir s'est écrasé la semaine dernière portent des traces de brûlures et sont «minuscules», ce qui permet de croire que l'avion Airbus 320 a été détruit par une explosion en plein vol, a indiqué mardi un responsable égyptien.

Cet expert légiste, qui a pu examiner les restes entreposés dans une morgue du Caire, s'est confié à l'Associated Press sous le couvert de l'anonymat.

Il a révélé que les restes sont «minuscules» et qu'une section de bras humain porte des traces de brûlure - un signe «qu'il provient d'un passager qui était assis à côté de l'explosion».

«L'explication logique est qu'il (l'avion) a été détruit par une explosion», a-t-il dit.

Environ 80 restes humains ont été amenés au Caire, et tous sont très petits. «Il n'y a même pas un membre complet, comme un bras ou une tête, a révélé l'expert, tout en confiant que la partie gauche d'une tête a été retrouvée. Mais je ne peux pas dire ce qui a causé l'accident.»

Les dirigeants égyptiens ont rapidement annoncé que le terrorisme était une hypothèse plus plausible qu'un problème technique, mais aucune preuve concrète à cet effet n'a encore été retrouvée. Un quotidien indépendant du Caire, al-Watan, rapporte mardi que l'avion a explosé en plein vol, mais qu'on ne sait pas encore ce qui a pu causer cette explosion.

Les 66 personnes, dont deux Canadiens, qui prenaient place à bord du vol 804 sont mortes. La cause de l'accident n'a pas encore été élucidée.

L'appareil volait apparemment normalement à une altitude de 11 300 mètres (37 000 pieds) quelques minutes avant sa disparition, une ou deux minutes après être entré dans l'espace aérien égyptien.

Des navires fournis par l'Égypte, le Royaume-Uni, les États-Unis, la France, Chypre et la Grèce participent aux recherches. Les fouilles sont concentrées approximativement à mi-chemin entre la ville égyptienne d'Alexandrie et l'île grecque de Crète. La mer a une profondeur d'entre 2500 et 3000 mètres à cet endroit.

L'Airbus 320 avait quitté Paris et devait se rendre au Caire.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer