Le Kenya s'apprête à brûler la plus grande quantité d'ivoire de l'histoire

Le trafic d'ivoire, dont le commerce est interdit... (Photo Reuters)

Agrandir

Le trafic d'ivoire, dont le commerce est interdit depuis 1989 (à de rares exceptions près), est porté par la demande asiatique, essentiellement en Chine où le kilo d'ivoire se négocie environ 1000 euros.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nicolas DELAUNAY
Agence France-Presse
NAIROBI

Le Kenya s'apprête samedi à brûler 105 tonnes d'ivoire dans le parc national de Nairobi, soit la plus grande quantité d'«or blanc» jamais incinérée en une fois, un geste symbolique fort pour la lutte contre le braconnage des éléphants, décimés pour leurs défenses.

Face aux caméras du monde entier et sur fond de savane, le président kényan Uhuru Kenyatta insérera une torche enflammée, vers 15h, dans une pyramide constituée de défenses d'éléphant empilées verticalement sur plus de trois mètres de haut.

Dix autres pyramides d'ivoire et une pile de cornes de rhinocéros seront mises à feu par des invités de marque. Environ 5% du stock mondial d'ivoire partira en fumée lors de cette crémation publique, à laquelle assisteront notamment les présidents de l'Ouganda et du Gabon.

«Perdre nos éléphants, ce serait perdre une partie essentielle de l'héritage qui nous a été confié», a déclaré le président kényan vendredi lors d'un sommet international sur la question à Nanyuki, dans le centre du pays.

M. Kenyatta a appelé à l'interdiction totale du commerce de l'ivoire afin d'empêcher l'extinction de cette espèce à l'état sauvage. Car c'est la survie des 450 000 à 500 000 éléphants d'Afrique qui est en jeu, d'ici une à deux générations à peine.

Environ 30 000 éléphants sont abattus chaque année pour leurs défenses par des braconniers de mieux en mieux équipés. La conséquence est dramatique: additionnées, les morts naturelles et celles imputées aux braconniers surpassent le taux de reproduction de l'espèce.

1000 euros le kilo

En brûlant l'ivoire dans le parc national de Nairobi, le Kenya entend faire passer un message «fort» qu'il a martelé sans cesse en amont de la crémation: l'ivoire n'a de valeur que s'il se trouve sur un éléphant en vie.

Vendredi, le célèbre paléoanthropologue Richard Leakey, qui dirige le Service kényan de la faune (KWS), a lancé un appel aux pays d'Afrique australe, leur demandant de se débarrasser eux aussi de leurs stocks d'ivoire.

«Tant que vous gardez ces stocks, vous suggérez qu'il y aura de nouveau un marché à l'avenir», a-t-il lancé.

Le trafic d'ivoire, dont le commerce est interdit depuis 1989 (à de rares exceptions près), est porté par la demande asiatique, essentiellement en Chine où le kilo d'ivoire se négocie environ 1000 euros.

La Chine a récemment durci sa législation sur les importations d'ivoire, mais elle permet la revente de «l'or blanc» acheté avant l'interdiction internationale de 1989. Selon les défenseurs des éléphants, ce commerce légal peut servir de paravent pour des importations clandestines.

Saison des pluies

Si l'événement public organisé samedi ne durera que quelques heures, l'incinération en elle-même pourrait prendre plusieurs jours. «En fait, l'ivoire ne brûle pas», a expliqué à l'AFP Robin Hollister, responsable pyrotechnique de la crémation.

«Si vous tentez d'y mettre le feu avec une allumette ou en le jetant dans un simple feu de bois, cela ne fonctionnera pas. L'extérieur va être carbonisé, mais l'intérieur restera intact», a-t-il assuré. «Si vous souhaitez le réduire en cendres, il faut soumettre l'ivoire à de très hautes températures.»

Les températures requises seront donc atteintes grâce à un mélange de diesel et de kérosène injecté avec de l'air sous haute pression au coeur de chacune des pyramides d'ivoire.

Ce procédé doit en outre permettre de réussir la crémation en dépit d'un choix de date à première vue curieux: en pleine saison des pluies, des averses sont à craindre samedi, à l'image de celles, diluviennes, qui se sont abattues vendredi sur la capitale kényane.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer