Côte d'Ivoire: émotion et peur au lendemain de l'attaque

Une femme pleure alors qu'elle cherche son fils... (PHOTO ISSOUF SANOGO, AFP)

Agrandir

Une femme pleure alors qu'elle cherche son fils sur la plage de Grand-Bassam, au lendemain de l'attaque qui a fait 18 morts.

PHOTO ISSOUF SANOGO, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Evelyne AKA
Agence France-Presse
GRAND-BASSAM

La vie a repris lundi à Grand-Bassam mais les habitués de la station balnéaire restent traumatisés, craignant de voir les touristes fuir au lendemain de la première attaque djihadiste en Côte d'Ivoire qui a fait 18 morts.

Commerçants, témoins, badauds, journalistes et forces de l'ordre en patrouille se croisent sur la plage et dans les rues de cette station située à une vingtaine de kilomètres seulement de la capitale, prisée des Ivoiriens et de la population expatriée d'Abidjan.

Atouah Adjé, la cinquantaine, cherche son fils, qui venait faire des petits boulots à Grand-Bassam les week-ends. « Depuis hier [dimanche], on ne le voit pas. On sait pas où le retrouver. Je suis venue fouiller encore, demander à ses amis si quelqu'un l'a vu. Il n'est ni à l'hôpital, ni à la morgue. Je ne sais pas où il est. Il est handicapé », raconte-t-elle en pleurs.

Salata, une commerçante, est venue chercher des affaires abandonnées dans la panique la veille. « Je n'ai pas dormi de la nuit. Je tremble encore en pensant à ce que j'ai vu hier. Là je vais chercher ma glacière à la plage mais j'ai peur qu'ils tirent encore », affirme-t-elle, la voix tremblante.

Le jeune Eric Tanoh, qui se dit « manageur » et vit de petits boulots sur la plage, a été blessé en fuyant l'attaque. « C'était pas beau à voir, c'était vilain », souffle-t-il.

Malgré les pansements qu'il porte au bras droit et sur les tibias, il est venu récupérer ses affaires perdues. Mais d'autres ont été plus rapides, comme ces jeunes qui ont récupéré des petits colliers et autres verroteries abandonnées par les commerçants en fuite.

Devant l'hôtel l'Etoile du sud, un des trois établissements ciblés, un couple - une Ivoirienne et un Français - est venu récupérer ses bagages. « On n'est plus en sécurité nulle part », se désole la femme.

« Les activités vont prendre un coup »

Certains témoins ne se lassent pas de relater ce qu'ils ont « vécu en direct » et beaucoup assurent avoir vu plus de trois assaillants, contredisant la version officielle qui fait état de trois « terroristes abattus » en plus des 15 civils et trois membres des forces de sécurité morts dans l'attaque.

« Quand ils sont arrivés, une femme a transporté leur bagage dans le bungalow. Ils se sont changés, ils étaient sept. La première personne qui est sortie portait un haut blanc et un foulard sur la tête. Il a fait face au petit [l'une des victimes] et puis il a dit ''Allah Akbar'' (Dieu est grand en arabe) et il a tiré sur le petit. Quand on a vu ça on a couru », raconte à l'AFP avec de grands gestes un témoin rencontré sur la plage.

Après l'effroi, la véritable crainte des habitants de Bassam est aujourd'hui que « les gens [aient] peur de venir sur la plage », s'inquiète Clarisse, employée dans un hôtel. Elle craint que son secteur, grand pourvoyeur d'emplois dans la ville, soit affecté.

Inscrit au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO, Grand-Bassam vit essentiellement du tourisme, grâce à l'attrait de sa vieille ville appelée Quartier « France », à l'architecture coloniale française, et de sa plage bordée de restaurants et d'hôtels pour tous les budgets.

Les week-ends, les rabatteurs se battent pour attirer dans leurs établissements les Abidjanais en villégiature, tandis que d'innombrables vendeurs de cacahuètes, boissons, cerfs-volant, bananes, ou autres souvenirs arpentent la plage en quête de clients.

« On a peur, on pense à tous ceux qui viennent à Bassam aussi. Donc c'est sûr que les activités vont prendre un coup. Les blancs [Occidentaux] ne vont plus revenir », dit Joseph Bilé, un habitant de Bassam, témoin des faits.

« Si on ferme la plage ça va être dur pour nous », souligne Salata la commerçante, consciente que les djihadistes ont sans doute effrayé les clients pour au moins quelque temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer