Burkina: hommage aux victimes des attentats terroristes du 15 janvier

Des milliers de personnes ont assisté à la cérémonie... (PHOTO OUOBA AHMED, AFP)

Agrandir

Des milliers de personnes ont assisté à la cérémonie solennelle organisée à la Place de la révolution.

PHOTO OUOBA AHMED, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
OUAGADOUGOU

Plusieurs milliers de personnes ont rendu hommage lundi à Ouagadougou aux victimes de l'attaque djihadiste du 15 janvier au Burkina Faso qui a fait 30 morts et 71 blessés.

Au cours d'une cérémonie solennelle organisée à la Place de la révolution, le président Roch Marc Christian Kaboré a appelé ses compatriotes à «ne céder à aucune pression», «en dépit de la grande douleur» qui les frappe.

«Nous devons montrer notre engagement déterminé et indéfectible à vivre dans un Burkina Faso de paix, de démocratie, de progrès économique et social», a déclaré M. Kaboré, dénonçant «des attentats terroristes d'une ampleur inédite».

«Le peuple burkinabè est plus que jamais debout pour défendre son honneur et sa dignité et pour faire respecter son indépendance et sa liberté contre toutes les forces rétrogrades qui tenteraient de lui imposer leur diktat», a-t-il poursuivi.

Le 15 janvier, des djihadistes ont attaqué l'hôtel Splendid, le café-restaurant Cappuccino, l'hôtel Yibi et le bar Taxi-Brousse, tous situés sur l'avenue N'Krumah, la plus fréquentée de la capitale Ouagadougou. Ils ont fait 30 morts, majoritairement des Occidentaux, et 71 blessés.

Le même jour, une autre attaque à Tin-Akoff, au nord du pays s'était soldé par la mort de deux personnes, un gendarme et un civil alors qu'un couple d'Australiens a également été enlevé.

«Face à ce nouveau défi, il (le peuple burkinabè) se mobilisera comme un seul homme pour opposer une défaite cinglante aux entreprises terroristes sur notre sol», a assuré le président Kaboré.

Des prières ont été dites par des représentants des trois religions les plus pratiquées dans ce pays sahélien pauvre d'Afrique de l'ouest: l'islam (pratiqué par plus de 60 % de la population), le catholicisme et le protestantisme.

Condamnant «un acte ignoble diamétralement opposé à la foi islamique», l'aumônier musulman de l'armée, l'imam Alidou Ilboudo, a dit que les musulmans ont une responsabilité «particulière» pour «restaurer l'image de leur foi».

«Nous devons condamner de manière catégorique l'idéologie prônée par les terroristes (...) Nous devons organiser nos efforts à l'échelle communautaire afin de lutter contre tous les facteurs qui favorisent le recrutement des terroristes», a-t-il plaidé.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer