Toutânkhamon: des employés de musée subiront un procès pour négligence

La momie de Toutankhamon.... (Photo d'archives, AP)

Agrandir

La momie de Toutankhamon.

Photo d'archives, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brian Rohan
Associated Press
LE CAIRE

Toutânkhamon est mort depuis des milliers d'années, mais il semble avoir encore bien du pouvoir. Huit employés d'un musée qui ont mal restauré un masque mortuaire du célèbre pharaon devront subir un procès en cour disciplinaire pour «négligence grave».

La barbe du pharaon sur l'artefact vieux de 3300 ans a été accidentellement brisée et elle a été replacée grossièrement en 2014 avec de la colle à base d'époxy. Le masque a également été égratigné et endommagé lors du travail de restauration «amateur», ont expliqué dimanche les procureurs égyptiens par voie de communiqué.

L'ancien directeur du musée égyptien et le chef du département de restauration avaient été impliqués dans l'opération.

Selon l'enquête des procureurs, pour cacher les dommages que les employés avaient créés, ils ont utilisé des instruments tranchants, dont un scalpel et des outils en métal pour tenter d'enlever les traces de colle sur le masque, ce qui a laissé des égratignures.

Les huit employés pourraient faire face à des amendes et des mesures disciplinaires, qui pourraient mener à leur congédiement.

Le masque de Toutânkhamon avait été remis en exposition le mois dernier, après qu'une équipe de spécialistes de l'Allemagne et de l'Égypte eut retiré la colle d'époxy pour utiliser de la cire d'abeille, qui servait d'adhésif à l'époque de l'antiquité.

Il y a un an, un conservateur de musée qui était présent au moment de la restauration avait dit à l'Associated Press que la colle époxy avait séché sur le visage du pharaon et qu'un collègue avait employé une spatule pour l'enlever - ce qui aurait rayé l'objet. Un autre conservateur qui inspecte régulièrement l'artéfact a également conclu que les égratignures proviendraient d'un outil utilisé pour gratter la colle. Ces deux sources ont parlé sous le couvert de l'anonymat par crainte de représailles.

Le masque de Toutânkhamon a été découvert dans une tombe avec plusieurs autres artéfacts par des archéologues britanniques en 1922. Il est parmi les objets antiques les plus précieux et reconnus dans le monde.

Dernièrement, Toutânkhamon était revenu dans l'actualité alors que l'égyptologue britannique Nicholas Reeves avait suggéré que le pharaon était mort à 19 ans, et qu'il avait été placé dans une chambre secrète qui était auparavant la tombe de la reine Néfertiti.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer