Un gouvernement d'union nationale en Libye

Fayez el-Sarraj en compagnie de la chef de... (PHOTO FETHI BELAID, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Fayez el-Sarraj en compagnie de la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, à Tunis, en Tunisie, le 8 janvier.

PHOTO FETHI BELAID, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Rim TAHER
Agence France-Presse
TRIPOLI

Un gouvernement d'union nationale a été formé mardi en Libye, une étape prévue par l'accord parrainé par l'ONU qui constitue un timide premier pas vers une solution politique à la crise traversée par ce pays divisé où la menace djihadiste est grandissante.

Trente-deux ministres représentant les différentes parties et régions composent ce gouvernement d'union dirigé par l'homme d'affaires tripolitain Fayez el-Sarraj.

Ils ont été nommés par le Conseil présidentiel, une instance présidée par M. Sarraj et créée après la signature en décembre au Maroc de l'accord politique sous l'égide de l'ONU.

Cet accord avait été signé par des membres des deux Parlements libyens rivaux, mais n'a depuis été ratifié par aucune des deux chambres législatives.

L'émissaire de l'ONU pour la Libye, Martin Kobler, a toutefois exhorté mardi la Chambre des représentants, le Parlement reconnu par la communauté internationale qui siège dans l'est du pays, à «se réunir rapidement pour approuver» le gouvernement d'union.

Pour que ce nouveau cabinet devienne opérationnel, il doit en effet être approuvé par une majorité des deux tiers par ce Parlement dans les dix jours.

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a elle aussi appelé mardi la Chambre des représentants à approuver rapidement le nouveau cabinet.

«Seul un gouvernement libyen unifié, soutenu par tous les citoyens, sera capable d'en finir avec les divisions politiques, de vaincre le terrorisme et gérer les défis sécuritaires, humanitaires et économiques» du pays, a-t-elle ajouté.

La Libye est plongée dans le chaos et livrée à des groupes armés depuis la chute de Mouammar Khadafi en 2011 et les deux autorités s'y disputent le pouvoir depuis la prise de la capitale Tripoli par des milices en partie islamistes à l'été 2014.

La mise en place d'un gouvernement d'union est ardemment soutenue par les Occidentaux qui souhaitent voir s'installer une autorité à même de lutter contre le groupe État islamique (EI). Ce dernier n'a cessé de renforcer sa présence ces derniers mois en Libye où il compte environ 3000 combattants selon Paris.

Le groupe djihadiste a notamment revendiqué au début du mois deux attentats meurtriers (plus de 56 morts) et lancé des attaques visant le «croissant pétrolier», situé dans le nord de ce pays qui dispose des réserves pétrolières les plus importantes d'Afrique, estimées à 48 milliards de barils.

Haftar absent du gouvernement

La tâche de diriger le nouveau gouvernement revient à Fayez el-Sarraj, quinquagénaire originaire de Tripoli, membre de la Chambre des représentants.

Diplômé en gestion des affaires et en architecture, il a été membre de l'Autorité préparatoire pour le dialogue qui a tenté de rassembler les différents acteurs de la société en vue de mettre fin à la crise. Il se trouve actuellement à l'étranger.

Les portefeuilles ont été répartis selon les trois régions libyennes: neuf pour l'ouest (Tripolitaine), huit pour l'est (Cyrénaïque) et sept pour le sud (Fezzan).

L'annonce de sa formation était attendue dimanche, mais des divergences ont ralenti le processus, notamment au sujet du «partage géographique» des portefeuilles. La répartition des ministères régaliens a traditionnellement suscité des frictions entre les trois régions.

Deux membres du Conseil présidentiel se sont ainsi abstenus d'approuver ce gouvernement. L'un des vice-premiers ministres, Ali al-Gatrani, et l'un des ministres d'État, Omar al-Aswad, se sont retirés «temporairement» du conseil, invoquant «des divergences au sujet de la répartition des ministères», a dit M. Gatrani.

Le portefeuille de la Défense a été confié à Al-Mahdi al-Barghathi (est), l'Intérieur à Al-Aref al-Khoja (ouest), la Justice à Abdel Salam Genedi (sud) et les Affaires étrangères à Marwan Abousrewil (ouest).

Une seule femme - à la Culture - fait partie de ce gouvernement et le controversé général Khalifa Haftar, commandant des forces loyales au pouvoir reconnu internationalement, n'y figure pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer