• Accueil > 
  • International > 
  • Afrique 
  • > Burkina Faso:  Compaoré visé par un mandat d'arrêt international pour la mort de Sankara 

Burkina Faso:  Compaoré visé par un mandat d'arrêt international pour la mort de Sankara

Blaise Compaoré... (PHOTO FABRICE COFFRINI, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Blaise Compaoré

PHOTO FABRICE COFFRINI, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
OUAGADOUGOU

La justice militaire du Burkina Faso a lancé un mandat d'arrêt international contre l'ex-président Blaise Compaoré pour son implication présumée dans la mort de l'ancien chef d'État Thomas Sankara, tué en 1987 lors du coup d'État qui porta au pouvoir M. Compaoré, a annoncé lundi à l'AFP une source judiciaire.

«Il y a un mandat d'arrêt international contre Blaise Compaoré», chassé du pouvoir en 2014 et qui vit en exil en Côte d'Ivoire, a indiqué cette source sous couvert d'anonymat.

Une autre source proche du dossier judiciaire interrogée par l'AFP a confirmé l'existence de ce mandat d'arrêt, ajoutant que le président déchu était également inculpé d'«assassinat», d'«attentat» et de «recel de cadavre».

Thomas Sankara, le «père de la révolution burkinabè»... (PHOTO ARCHIVES AFP) - image 2.0

Agrandir

Thomas Sankara, le «père de la révolution burkinabè» a été assassiné en 1987.

PHOTO ARCHIVES AFP

Aucun ADN «détectable»

Les analyses pratiquées sur la dépouille présumée de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara, tué en 1987 lors d'un coup d'État, n'ont pas permis de détecter un ADN, a indiqué lundi l'avocat de la famille de M. Sankara.

«On peut simplement dire qu'au regard de ces résultats, l'état des restes ne permettait pas au laboratoire de certifier l'existence d'ADN» sur les corps exhumés fin mai, a déclaré Me Bénéwendé Stanislas Sankara.

«Les premier et deuxième niveaux (des tests ADN) certifient des résultats qui confortent ceux de l'autopsie, mais au troisième niveau, l'expertise scientifique conclut qu'il n'y a pas d'ADN détectable conformément à l'état actuel de la science», a-t-il expliqué à la presse.

Selon l'avocat, les analyses ont été réalisées par «le laboratoire de police de Marseille (sud de la France), un laboratoire de référence en la matière» qui «a travaillé conformément aux normes internationales».

Thomas Sankara et douze de ses compagnons ont été tués le 15 octobre 1987 lors d'un coup d'État qui porta l'ex-chef de l'État Blaise Compaoré au pouvoir. Les corps ont été exhumés fin mai afin de lever le voile sur le mystère entourant les circonstances de la mort du «père de la révolution» burkinabè.

Les résultats de l'autopsie livrés mi-octobre 2015 indiquent que la dépouille du président Sankara était «criblée de balles».

L'enquête sur la mort de Sankara a été ouverte fin mars 2015, après la chute de M. Compaoré en octobre 2014, chassé par la rue après 27 ans au pouvoir. Le sujet de sa mort était tabou pendant l'ère Compaoré, ancien frère d'armes de Sankara souvent soupçonné d'avoir commandité son assassinat.

Au moins une demi-douzaine de personnes majoritairement des anciens soldats du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l'ancienne garde prétorienne de M. Compaoré, ont été inculpées pour «assassinat», «attentat» et «recel de cadavres».

Le général Gilbert Diendéré, ancien bras droit de Compaoré et auteur du putsch manqué de septembre 2015, figure parmi les inculpés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer