Le Burundi «au bord d'une guerre civile», estime le chef de l'ONU

Le Burundi est en proie à une crise... (Photo Jean Pierre Aime Harerimana, Reuters)

Agrandir

Le Burundi est en proie à une crise politique majeure depuis fin avril et l'annonce de la candidature controversée du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat.

Photo Jean Pierre Aime Harerimana, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NATIONS UNIES

L'émissaire de l'ONU au Burundi Jamal Benomar va se rendre dans les prochains jours au Burundi qui est «au bord d'une guerre civile», a annoncé mercredi le secrétaire général Ban Ki-moon.

Au cours d'une conférence de presse, M. Ban s'est déclaré «très inquiet de l'escalade de la violence au Burundi» depuis quelques jours.

«Le pays est au bord d'une guerre civile qui risque d'embraser toute la région», a-t-il estimé. «Nous devons tout faire pour prévenir des violences de masse et agir de manière décisive si de telles violences surviennent».

M. Benomar «se rendra dans la région avant la fin de la semaine pour s'entretenir avec l'Union africaine, les pays de la région et le gouvernement burundais».

M. Ban a exhorté le gouvernement burundais à «contribuer à créer les conditions propices à un dialogue crédible et sans exclusive» entre le pouvoir et l'opposition.

Évoquant les options envisagées pour résoudre la crise au Burundi, il a estimé que les Nations unies pourraient être contraintes d'aller au-delà d'une simple mission politique pour faciliter le dialogue.

«Selon l'évolution de la situation, il se pourrait que nous devions élever le niveau de notre présence et de nos activités», a-t-il reconnu.

Le Conseil de sécurité avait adopté le 12 novembre une résolution d'inspiration française qui autorise l'ONU à déployer éventuellement des Casques bleus au Burundi.

Mais pour l'instant l'ONU n'a prévu que de mettre en place une petite équipe autour de son émissaire au Burundi Jamal Benomar afin de promouvoir un dialogue politique.

Le Burundi est en proie à une crise politique majeure depuis fin avril et l'annonce de la candidature controversée du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat.

Des centaines de personnes ont été tuées et plus de 200 000 autres ont fui le pays depuis le début de la crise, qui fait craindre à la communauté internationale le retour de violences à grande échelle dans ce petit pays des Grands Lacs, à l'histoire postcoloniale jalonnée de massacres entre Hutu et Tutsi et qui a subi une guerre civile entre 1993 et 2006.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer