Burkina Faso: point final pour le régiment putschiste

Le matériel militaire exhibé mardi provenait du camp... (PHOTO AHMED OUOBA, AFP)

Agrandir

Le matériel militaire exhibé mardi provenait du camp Naaba Koom II où s'étaient retranchés les putschistes du RSP et que l'armée loyaliste a pris d'assaut le 29 septembre, officiellement sans faire de victimes.

PHOTO AHMED OUOBA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Romaric Ollo HIEN
Agence France-Presse
OUAGADOUGOU

Une cérémonie symbolique de «désarmement» du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), auteur du putsch avorté du 17 septembre contre le régime de transition au Burkina Faso, a marqué la fin mardi de cette unité d'élite et ancienne garde prétorienne de l'ex-président Compaoré.

Armes lourdes, canons antichars, canon de 106 mm, fusils d'assauts, grenades ont été présentés sur l'emblématique place de la Nation, surnommée place de la Révolution par les Burkinabè.

Cette place avait été l'épicentre de l'insurrection d'octobre 2014 qui avait chassé le président Blaise Compaoré après 27 ans au pouvoir, et dont le RSP était le bras armé. Redoutables, car bien entraînés et équipés, les soldats du RSP ont fait trembler sur ses fondations la transition démocratique en cours au Burkina, alors que des élections présidentielle et législatives étaient prévues pour le 11 octobre.

Dès avant le putsch, le RSP était honni par une large partie de la population et la société civile demandait sa dissolution.

Le matériel militaire exhibé mardi provenait du camp Naaba Koom II où s'étaient retranchés les putschistes du RSP et que l'armée loyaliste a pris d'assaut le 29 septembre, officiellement sans faire de victimes.

Plusieurs centaines de personnes venues assister à la cérémonie ont longuement applaudi le premier ministre, le lieutenant-colonel Isaac Zida, et ont scandé des slogans contre le chef des putschistes, le général Gilbert Diendéré: «Diendéré, assassin» ou  «Diendéré à la CPI», (Cour pénale internationale), a-t-on pu entendre.

«La présente cérémonie (...) a pour but de marquer la fin du désarmement de l'ex-RSP», a déclaré le premier ministre en présence d'une demi-douzaine de chefs d'état-major des armées de pays de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

«Menace permanente»

«Ce coup de force, dont les conséquences ont été tragiques, aurait pu entraîner notre pays dans une crise bien plus grave», a estimé M. Zida, ex-numéro 2 du RSP dont il était devenu la bête noire depuis son arrivée à la Primature.

«Depuis sa création (en 1995), le RSP a été utilisé par le régime du président Compaoré pour freiner les aspirations légitimes du peuple burkinabè à une vie démocratique réelle». «Au lieu de contribuer à la protection des populations, ce corps était devenu une menace permanente contre la marche radieuse du peuple burkinabè et un instrument pour imposer la volonté d'un groupuscule», a lancé M. Zida.

«Ceux qui ont planifié et exécuté ce coup d'État répondront de leurs actes devant la justice», a-t-il souligné.

Les violences ayant suivi le putsch ont fait 11 morts et 271 blessés, selon le bilan officiel.

Le président de la Commission technique chargé du désarmement, le colonel Salif Tingueri, a rappelé que les tentatives de désarmement pacifique du régiment avaient échoué, conduisant l'armée à «prendre par la force les positions tenues par le RSP».

«Toutes les opérations d'enlèvement ont été émaillées d'incidents provoqués par des éléments armés», a-t-il précisé.

Parallèlement à cet acte symbolique, les autorités judiciaires - justice militaire d'une part, et commission d'enquête d'autre part- s'activent. Après de nombreuses arrestations, dont celles d'une quinzaine d'officiers putschistes et notamment du général Diendéré, deux hommes politiques ont été interpellés lundi soir.

Léonce Koné, deuxième vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti de Compaoré, et Hermann Yaméogo, président de l'Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD), sont «auditionnés dans le cadre des enquêtes sur le coup d'État» et ont été placés en garde à vue, selon la gendarmerie.

Ce sont les premiers civils à être interpellés dans l'affaire du coup avec un ancien baron du régime Compaoré, l'ancien ministre des Affaires étrangères Djibrill Bassolé, arrêté le 29 septembre.

Le RSP comptait quelque 1300 hommes. Sa dissolution était demandée depuis des années par la société civile mais même les institutions de transition n'osaient pas s'attaquer à cette «armée dans l'armée» qui effrayait militaires comme civils.

Après la dissolution, prononcée le 25 septembre par le gouvernement après l'échec du coup d'État, tous les éléments du régiment ont reçu une nouvelle affectation, et «plus de 800 hommes» avaient déjà rejoint leurs nouveaux postes au 1er octobre, selon une source à l'état-major.

L'histoire du Burkina Faso, pays sahélien pauvre de 17 millions d'habitants, a été marquée par de nombreux coups d'État militaires depuis l'indépendance en 1960. Les élections générales qui doivent refermer la période de la transition ont été repoussées à «plusieurs semaines».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer