Naufrage au large de la Libye: le bilan pourrait être très lourd

Au moins 76 cadavres ont été récupérés sur... (PHOTO MOHAMED BEN KHALIFA, AP)

Agrandir

Au moins 76 cadavres ont été récupérés sur la côte de Zouara.

PHOTO MOHAMED BEN KHALIFA, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année plus de 350 000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» du groupe armé État islamique à cheval sur l'Irak et la Syrie. Mais cette crise n'est pas exclusive à l'Europe, l'Asie du Sud-Est aux prises avec un trafic de migrants aussi tentaculaire que meurtrier connaît également cette triste réalité. »

Agence France-Presse
ZOUARA

Au moins 76 cadavres ont été récupérés et 198 personnes sauvées au large de la Libye après le naufrage jeudi d'un bateau qui transportait environ 300 migrants, a indiqué vendredi à l'AFP un porte-parole du Croissant-Rouge dans un nouveau bilan.

«Jusqu'à présent, 76 cadavres ont été repêchés et... (PHOTO MOHAMED BEN KHALIFA, ASSOCIATED PRESS) - image 1.0

Agrandir

«Jusqu'à présent, 76 cadavres ont été repêchés et 198 personnes ont été secourues», a déclaré un porte-parole du Croissant rouge, Mohammed al-Masrati.

PHOTO MOHAMED BEN KHALIFA, ASSOCIATED PRESS

À Genève, le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a dit craindre un bilan plus lourd, car 200 personnes seraient encore portées disparues après le naufrage de cette embarcation et celui d'un autre bateau dans le même secteur des côtes libyennes.

«Jusqu'à présent, 76 cadavres ont été repêchés et 198 personnes ont été secourues», a déclaré à l'AFP un porte-parole du Croissant-Rouge, Mohammed al-Masrati.

«Il y a toujours des disparus, des dizaines, mais on ne connaît pas leur nombre» exact, a-t-il ajouté.

Un responsable des gardes-côtes libyens avait fait état jeudi soir d'au moins 30 morts et de dizaines de disparus dans ce naufrage au large de la ville de Zouara, à près de 160 km à l'ouest de Tripoli.

Il avait indiqué que de nombreuses personnes à bord du bateau venaient «de pays africains».

Le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a évoqué vendredi à Genève le naufrage de deux bateaux au large de Zouara, transportant un total de 500 personnes.

«Nous croyons que 200 d'entre elles sont encore portées disparues, nous craignons qu'elles soient mortes», a déclaré la porte-parole Melissa Fleming. «Notre bureau en Libye est en train de vérifier avec les gardes-côtes.»

Des équipes du Croissant-Rouge libyen étaient jeudi à la recherche de corps échoués sur la plage de Zouara, où des chaussures, des vêtements et des bouteilles en plastique rejetés par la mer étaient visibles sur le sable, a constaté un journaliste de l'AFP.

Au premier corps trouvé, le personnel de recherche a enfilé combinaison blanche, masque et des chaussures bleues, puis enveloppé la dépouille dans un sac plastique orange avant de la diriger vers une ambulance.

Selon le chef de cette opération, Seddik Said, des survivants ont indiqué aux équipes de sauvetage qu'il y avait environ 400 personnes sur le bateau secouru jeudi matin au large de Zouara, mais qu'une autre petite embarcation avait fait naufrage la veille avec environ 60 personnes à bord.

«C'est difficile d'avoir les chiffres exacts, même celui des morts, a ajouté M. Saïd. On peut seulement fournir le nombre de personnes que nous avons retrouvées mortes».

«Nous menons des missions similaires chaque semaine désormais, a-t-il ajouté. Des dizaines de personnes meurent au large de cette plage chaque semaine».

Un survivant a indiqué vendredi à l'AFP que lui et ses deux amis avaient chacun payé 1600 $ pour embarquer sur le bateau secouru jeudi.

Sur les 1770 km de côtes libyennes, les départs de migrants n'ont cessé de s'intensifier depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, qui a entraîné le chaos dans le pays.

Minée par les violences, la Libye compte deux gouvernements rivaux, une situation qui facilite le travail des passeurs.

La Libye n'est située qu'à un peu plus de 300 km de l'île italienne de Lampedusa que des centaines de migrants venus d'Afrique, de Syrie ou d'autres zones de conflit tentent chaque semaine d'atteindre.

Plus de 300 000 migrants ont traversé la Méditerranée depuis janvier, et plus de 2500 personnes sont mortes en mer après avoir tenté de rallier l'Europe, a annoncé vendredi le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer