• Accueil > 
  • International > 
  • Afrique 
  • > Égypte: verdict le 10 août pour le frère du chef d'Al-Qaïda jugé pour «terrorisme» 

Égypte: verdict le 10 août pour le frère du chef d'Al-Qaïda jugé pour «terrorisme»

Mohamed al-Zawahiri --frère du chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri--... (Photo GIANLUIGI GUERCIA, archives AFP)

Agrandir

Mohamed al-Zawahiri --frère du chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri-- avait été arrêté en août 2013 en pleine campagne de répression visant l'opposition islamiste.

Photo GIANLUIGI GUERCIA, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LE CAIRE

Un tribunal égyptien a reporté samedi au 10 août son verdict dans le procès du frère du chef d'Al-Qaïda et 66 autres personnes jugées pour avoir formé un «groupe terroriste» en vue de mener des attentats, selon les médias officiels.

Le tribunal du Caire a décidé de reporter le verdict «pour poursuivre ses délibérations», a annoncé l'agence de presse officielle Mena.

Mohamed al-Zawahiri --frère du chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri-- avait été arrêté en août 2013 en pleine campagne de répression visant l'opposition islamiste, lancée après l'éviction par l'armée du président Mohamed Morsi en juillet de la même année.

Aux côtés de 66 coaccusés, il est jugé pour création d'un «groupe terroriste lié à Al-Qaïda» ayant préparé des attaques contre des installations gouvernementales, les forces de sécurité et la communauté chrétienne. Des accusations niées par son avocat.

Un 68e accusé est mort en juin en détention après une dégradation de son état de santé.

Depuis la destitution de M. Morsi par l'ex-chef de l'armée et actuel président Abdel Fattah al-Sissi, des groupes jihadistes ont multiplié les attaques contre les forces de l'ordre, tuant des centaines de policiers et de soldats dans des attentats spectaculaires.

Dans le même temps, les autorités mènent une répression implacable contre les pro-Morsi, et plus de 1400 personnes, en majorité des manifestants islamistes, ont été tuées par les forces de sécurité.

Le pouvoir est également accusé d'instrumentaliser le judiciaire dans cette répression, alors que des dizaines de milliers de personnes ont été emprisonnées, et des centaines condamnées à mort dans des procès de masse expéditifs dénoncés par l'ONU.

M. Zawahiri est accusé d'avoir créé le groupe, armé ses membres et de les avoir entraînés à la fabrication d'explosifs et à poser des bombes, selon l'enquête.

Les membres du groupe se seraient entraînés dans des lieux secrets dans la ville de Charqiya (Delta du Nil) et dans les quartiers de Matareya et du 6-Octobre au Caire, selon l'enquête.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer