Ghana: 90 morts dans l'incendie d'une station-service

Selon des habitants du quartier, cela faisait plusieurs... (PHOTO CHRISTIAN THOMPSON, AP)

Agrandir

Selon des habitants du quartier, cela faisait plusieurs jours que cette station était remplie en permanence de gens cherchant à s'abriter des pluies torrentielles.

PHOTO CHRISTIAN THOMPSON, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nana BOAKYE-YIADOM
Agence France-Presse
ACCRA

Au moins 90 personnes ont péri à Accra dans l'incendie mercredi soir d'une station-service où les victimes étaient venues s'abriter de pluies diluviennes, une catastrophe qui a conduit le président ghanéen à décréter trois jours de deuil national à compter de lundi.

L'incendie a ravagé une station-service dans le centre de la capitale ghanéenne, à proximité du rond-point Kwame Nkrumah. Il se serait déclenché dans une résidence à proximité, puis se serait propagé aux pompes à essence qui ont explosé, selon des témoins.

La grande majorité des victimes s'étaient réfugiées dans la station-service pour s'abriter de pluies torrentielles à l'origine d'importantes inondations dans la capitale ghanéenne ces derniers jours.

«Pour le moment, le chiffre confirmé atteint environ 90 (morts), mais je sais que ce sera plus que cela. Les agences concernées sont en train de faire le décompte», a déclaré le porte-parole de la police nationale, Arthur Cephas.

Le président du Ghana, visiblement très ému, s'est rendu sur place et n'a pu que déplorer le très lourd bilan du sinistre.

«Ces pertes humaines sont catastrophiques et presque sans précédent», a déclaré le chef de l'État, John Dramani Mahama.

«De nombreuses personnes ont perdu la vie et je ne trouve pas mes mots», a-t-il poursuivi.

«Les opérations de secours vont se poursuivre jusqu'au weekend, dimanche. Lundi, nous observerons trois jours de deuil national pour les victimes de ce désastreux incendie et des inondations», a-t-il annoncé plus tard dans la soirée.

Sur place, des dizaines de motos calcinées étaient visibles jeudi et témoignaient de la violence de l'incendie. Le sinistre semble même s'être propagé à un bus plein de passagers stationnés à proximité immédiate de la station-service, a constaté un journaliste de l'AFP.

D'après des habitants du quartier, cela faisait plusieurs jours que cette station était remplie en permanence de gens cherchant à s'abriter des pluies torrentielles.

Ces pluies ont fait déborder les égouts et la chaussée longeant la station-essence de la Ghana Oil Company (GOIL) était entièrement inondée au moment des faits.

Quand l'incendie s'est propagé au niveau des pompes à essence, qui ont explosé, les passants avaient de l'eau jusqu'aux genoux, ont rapporté des témoins. Une partie des victimes seraient ainsi mortes noyées en tentant de s'enfuir.

La déflagration, très puissante, a été entendue et vue dans plusieurs quartiers de la ville.

«Urgence nationale»

Le président Mahama a promis que des «mesures préventives» seraient prises à la suite de cette catastrophe pour éviter de nouvelles inondations, un problème récurrent dans la région au moment de la saison des pluies.

Les inondations ont également été aggravées par des travaux de construction dans la capitale.

«À cause des travaux, tout le rond-point (Kwame Nkrumah) était inondé», a rapporté un témoin, Edgar Wiredu, sur la chaîne de télévision GTV 24. «Quand les pompiers ont été dépêchés sur place, ils se sont retrouvés coincés. Ils ont eu du mal à accéder au site», a-t-il poursuivi.

Ces inondations ont provoqué d'importantes perturbations dans la ville, paralysant des quartiers entiers. De nombreux axes étaient rendus impraticables pour les voitures, dont certaines étaient même charriées par les flots.

Selon le ministre de la Communication Edward Omane Boamah, qui a évoqué une situation d'«urgence nationale», l'armée, la police, les pompiers et l'agence nationale de secours ont été déployés pour venir en aide aux victimes.

«La population est appelée à éviter les torrents causés par la pluie et les quartiers qui abritent des égouts importants. Restez sur des terrains surélevés quand nécessaire, pour éviter d'autres pertes humaines», a-t-il ajouté.

De nouvelles précipitations sont attendues à Accra jeudi et vendredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer