Trêve des manifestations et tentative de dialogue au Burundi

Bujumbura est restée étrangement calme samedi, ce calme... (PHOTO CARL DE SOUZA, AFP)

Agrandir

Bujumbura est restée étrangement calme samedi, ce calme contrastant avec les scènes sanglantes et les manifestations qui ont de nouveau eu lieu vendredi (photo).

PHOTO CARL DE SOUZA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Aymeric VINCENOT, Esdras NDIKUMANA
Agence France-Presse
BUJUMBURA

Au terme d'une nouvelle semaine de manifestations et une alarmante escalade de la violence, Bujumbura connaissait samedi une trêve décrétée par les leaders du mouvement anti-troisième mandat qui ont entamé un «dialogue» avec le gouvernement.

À l'occasion de ce «nouveau dialogue entre les différentes parties engagé depuis quelques jours», les leaders de la contestation ont demandé «au gouvernement de montrer sa bonne foi en s'abstenant de tirer sur les manifestants».

Ces très discrètes négociations se déroulent sous l'égide de l'envoyé spécial de l'ONU Saïd Djinnit, de représentants de l'Union africaine (UA) et des pays de la région.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit vendredi encouragé par ce «dialogue politique» qui inclut des représentants de la société civile, de partis politiques, d'organisations religieuses et du gouvernement.

Néanmoins, «il y a un grand problème qui continue de diviser tout le monde ici», c'est la question du troisième mandat, a reconnu l'émissaire de l'UA, Edem Kodjo, qui a souligné le rôle crucial des chefs d'État de la région pour aider à trouver une solution.

Bujumbura est restée étrangement calme samedi, et il devrait en être de même dimanche, en vertu de la trêve décrétée pour ce week-end par les leaders de la contestation.

Ce calme contraste avec les scènes sanglantes de la veille au soir, quand trois personnes ont été tuées par l'explosion de trois grenades jetées dans la foule en plein centre-ville. Les auteurs ont pris la fuite. Mais pour la police, qui dit avoir appréhendé un suspect, pas de doute: ces attaques sont liées aux manifestants.

«Nous n'avons évidemment rien à voir avec ces attaques», a démenti Vital Nshimiramana, l'un des leaders du mouvement de contestation. «La police cherche à nous diaboliser pour pouvoir justifier l'usage excessif de la force».

Cette attaque à la grenade - première du genre - contribue encore un peu plus à instaurer un climat d'instabilité et d'angoisse dans la capitale, qui connaît depuis fin avril un vaste mouvement de contestation populaire contre le président Pierre Nkurunziza, candidat à un troisième mandat à la présidentielle du 26 juin.

Des manifestations ont lieu quasi quotidiennement, émaillées de nombreux heurts avec la police, avec près de 25 morts en quatre semaines. La police fait désormais un large usage de ses armes à feu pour disperser les opposants, faisant craindre un dérapage sanglant.

Pourrissement 

Malgré les menaces du pouvoir, l'échec du coup d'État et la répression de la police, les manifestants ne fléchissent pas et la contestation a même pris durablement racine dans les quartiers.

C'est le pire des scénarios qui semble en train de se réaliser, celui du pourrissement politique, avec toujours plus d'incidents qui rappellent par bien des aspects le spectre des années de la sanglante guerre civile entre majorité hutu et minorité tutsi (1993-2006).

De l'avis de tous les observateurs, le conflit n'est aujourd'hui pas ethnique mais politique, ce qui est d'une certaine manière rassurant. Certains extrémistes pourraient néanmoins être tentés de jouer la carte de l'ethnisme. Et surtout, le blocage reste total entre les deux camps.

Les protestataires espèrent faire renoncer M. Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, à briguer un troisième mandat qu'ils jugent anticonstitutionnel et contraire aux accords de paix d'Arusha, qui avaient mis fin à la guerre civile.

Pour le président, ce mouvement en cours est une «insurrection» limitée à «quatre quartiers» de la capitale, alors que «la paix et la sécurité règnent sur 99,9% du territoire».

Des manifestations ont aussi été signalées en province, mais de moindre ampleur et plus sporadiques. Depuis la fermeture des principales radios privées - les seuls médias indépendants susceptibles de toucher l'ensemble de la population, largement illettrée et très majoritairement rurale -, il est difficile de savoir ce qu'il se passe à l'intérieur du pays.

Le président Nkurunziza a tenu samedi une réunion de campagne dans la province de Bubanza (nord) devant une foule de plusieurs milliers de personnes, démonstration de la traditionnelle forte assise populaire de son parti, le CNDD-FDD, dans les campagnes.

Des élections législatives et communales, reportées de 10 jours sous la pression internationale, sont prévues le 5 juin et seront suivies par la présidentielle du 26 juin. Beaucoup craignent des débordements. Jeudi, des manifestants ont brûlé pour la première fois du matériel électoral, en périphérie rurale de la capitale.

La vitesse avec laquelle les gens quittent le pays est aussi révélatrice des peurs et des tensions. À ce jour, près de 110 000 Burundais ont trouvé refuge dans les pays voisins, dont 70 000 en Tanzanie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer