Les attaques xénophobes gagnent Johannesburg

Un homme armé d'une hache menace des membres... (PHOTO SHIRAAZ MOHAMED, AP)

Agrandir

Un homme armé d'une hache menace des membres des médias, à Johannesburg, le 17 avril.

PHOTO SHIRAAZ MOHAMED, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Christophe BEAUDUFE
Agence France-Presse
JOHANNESBURG

L'ONU et des pays africains ont exprimé vendredi leur inquiétude face aux violences xénophobes qui ont fait six morts et provoqué le déplacement de 5000 étrangers en trois semaines en Afrique du Sud, où elles frappent désormais Johannesburg.

Les incidents qui ont éclaté depuis début avril sont limités depuis trois jours au centre-ville de la capitale économique. Vendredi, la situation y était toujours tendue devant un foyer de travailleurs : un groupe de Sud-Africains apparemment désireux d'en découdre chantait et dansait, face à la police.

Dans la nuit, des magasins tenus par des étrangers avaient été pris d'assaut par des pillards, qui ont également crié aux propriétaires de quitter le pays. Douze personnes ont été arrêtées, des voitures ont été incendiées, mais aucun blessé n'a été signalé.

Depuis Genève, le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) a sonné l'alarme.

«En Afrique du Sud, les attaques xénophobes au cours des trois dernières semaines ont tué six personnes et déplacé plus de 5000 étrangers», a déclaré un porte-parole de l'agence onusienne, Adrian Edwards.

«Ceux qui sont affectés par ces attaques xénophobes sont des réfugiés et des demandeurs d'asile ayant été obligés de fuir leurs propres pays en raison de la guerre et des persécutions. Ils sont en Afrique du Sud, car ils ont besoin d'être protégés», a-t-il souligné.

Début avril, six personnes ont été tuées dans des violences à Durban, le grand port sud-africain sur l'océan Indien.

Aucun incident n'a été signalé à Durban depuis mercredi, mais la tension s'est déplacée à Johannesburg, pour une fois dans le centre-ville, alors que les townships surpeuplés de la grande banlieue - théâtres habituels d'incidents xénophobes - sont restés calmes.



Des Sud-Africains armés notamment de bâtons et de... (PHOTO SHIRAAZ MOHAMED, AP) - image 3.0

Agrandir

Des Sud-Africains armés notamment de bâtons et de machettes manifestent contre les étrangers à Johannesburg, le 17 avril. 

PHOTO SHIRAAZ MOHAMED, AP

«Traitement inhumain»

À Pretoria, le directeur de cabinet de la présidence sud-africaine, Jeff Radebe, a mis en garde contre les conséquences de ces incidents sur l'économie et l'image du pays.

Selon lui, la chanteuse Kelly Khumalo a déjà dû annuler des concerts à Londres, et un groupe sud-africain a également renoncé à se produire au Zimbabwe.

Les pays d'origine des immigrés montent aussi au créneau.

À Harare, capitale du Zimbabwe, une centaine de manifestants ont marché vendredi sur l'ambassade d'Afrique du Sud pour remettre une pétition.

«Nous, Zimbabwéens solidaires avec nos frères africains, condamnons fermement et dénonçons les attaques xénophobes cruelles, insensées et effrayantes contre des étrangers, et le pillage de leurs biens en Afrique du Sud», indique le texte.

Le Zimbabwe, qui compte officiellement 250 000 immigrés en Afrique du Sud, a annoncé qu'il rapatrierait ceux de ses ressortissants qui en feraient la demande. Le Malawi avait fait la même annonce en début de semaine.

Au Mozambique, plus de 200 manifestants mozambicains ont brièvement bloqué vendredi matin la route menant au poste-frontière de Ressano-Garcia, entre le Mozambique et l'Afrique du Sud.

Ils ont interdit le passage de tous les véhicules immatriculés en Afrique du Sud, en représailles aux violences xénophobes des derniers jours.

Au Nigeria, le ministre des Affaires étrangères Aminu Wali a relevé qu'aucun de ses concitoyens n'avait été victime des récents incidents. En cas de besoin, «il est de notre devoir de nous assurer que nous pourrons rapatrier nos compatriotes», a-t-il cependant indiqué jeudi soir, ajoutant : «Nous n'acceptons pas que nos citoyens soient l'objet d'un tel traitement inhumain en Afrique du Sud».

Plus symbolique, une radio privée en Zambie a annoncé qu'elle ne diffuserait plus aucune musique d'artistes sud-africains.

La ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Maite Nkoana-Mashabane, a reçu des ambassadeurs africains vendredi pour les assurer des efforts de Pretoria.

«Nous avons mis le corps diplomatique africain dans la confidence des mesures prises par nos forces de sécurité pour traduire en justice les responsables de la violence et des actes criminels», a-t-elle dit, assurant : «Nous pensons que nous pouvons vaincre ce démon» de la xénophobie.

Les violences de ce genre sont récurrentes chez ce géant économique du continent. Elles reflètent les frustrations de la majorité noire qui continue de souffrir économiquement, et la résurgence d'une culture de violence exacerbée sous l'apartheid.

Des gens examinent la carcasse d'une voiture incendiée... (PHOTO MUJAHID SAFODIEN, AFP) - image 4.0

Agrandir

Des gens examinent la carcasse d'une voiture incendiée tôt vendredi matin à la suite d'une vague de violence xénophobe qui a touché Johannesburg, dont les commerçants étrangers ont été la cible privilégiée, le 17 avril.

PHOTO MUJAHID SAFODIEN, AFP

5000 déplacés

Plus de 5000 étrangers, surtout des demandeurs d'asile et réfugiés africains, ont été déplacés par les violences xénophobes qui secouent l'Afrique du Sud depuis trois semaines, a affirmé vendredi le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), qui s'est dit «très préoccupé».

«En Afrique du Sud, les attaques xénophobes au cours des trois dernières semaines ont tué six personnes et déplacé plus de 5000 étrangers, dont des réfugiés et des demandeurs d'asile dans la province de Kwazulu-Natal», a déclaré un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'un point presse à Genève.

«La plupart sont originaires de pays africains. La plupart sont des demandeurs d'asile. La majorité vient du Mozambique, du Malawi et du Zimbabwe. D'autres du Burundi, RDC et Rwanda», a précisé une autre porte-parole du HCR, Karin de Gruijl.

50 % des étrangers ayant fui les violences sont «sans documents», c'est-à-dire qu'ils sont entrés en Afrique du Sud de façon illégale, a-t-elle indiqué.

«Le HCR est très préoccupé. Nous avons salué la réponse du gouvernement qui essaie de contenir la situation et de fournir de l'aide à ceux qui ont dû fuir leurs maisons», a indiqué M. Edwards.

«Ceux qui sont affectés par ces attaques xénophobes sont des réfugiés et des demandeurs d'asile ayant été obligés de fuir leurs propres pays en raison de la guerre et des persécutions. Ils sont en Afrique du Sud, car ils ont besoin d'être protégés», a-t-il relevé.

L'agence onusienne a envoyé une équipe à Durban pour évaluer la situation.

Les déplacés ont été regroupés dans quatre abris. Mais les besoins en abris devraient augmenter, a averti le HCR.

Un premier groupe a été installé dans un centre de sports à Chatsworth, avec 1400 personnes, dont essentiellement des hommes.

Par ailleurs, 300 personnes sont regroupées à Isipingo et 450 autres à Greenwood Park. Et 1500 autres ont été installées dans un centre à Phoenix.

Les conditions de vie dans ces centres sont «très basiques» et doivent être améliorées pour répondre aux besoins sanitaires et de santé des étrangers, a expliqué M. Edwards.

D'autres étrangers ont trouvé refuge dans les mosquées, églises et autres bâtiments.

En 2008, lors des pires émeutes xénophobes d'Afrique du Sud, il y avait eu 62 morts, dont une vingtaine de Sud-Africains pris dans les violences, et des dizaines de milliers de déplacés.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer