Fermeture des bureaux de vote au Soudan

Le dépouillement et le comptage des voix doivent... (Photo ASHRAF SHAZLY, AFP)

Agrandir

Le dépouillement et le comptage des voix doivent commencer vendredi matin.

Photo ASHRAF SHAZLY, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KHARTOUM

Les bureaux de vote ont fermé jeudi dans la plupart des régions du Soudan après quatre jours d'élections que le président Omar el-Béchir et son parti sont largement assurés de remporter.

Marquées par une faible participation, les élections présidentielles et parlementaires nationales et régionales, commencées lundi, avaient été prolongées d'un jour, jusqu'à jeudi à 16h00, par la commission électorale.

Dans le bureau de vote installé dans une école du centre de la capitale Khartoum, seule une poignée d'électeurs sont arrivés avant l'heure de fermeture, a constaté un correspondant de l'AFP.

Arrivé au pouvoir en 1989 à la faveur d'un coup d'État et âgé de 71 ans, le général Béchir est d'ores et déjà assuré d'être réélu pour un nouveau mandat de cinq ans puisqu'il n'affronte que des candidats peu connus et que la majorité de l'opposition boycotte le scrutin.

De ce fait, très peu d'électeurs se sont rendus aux urnes.

Deux des 15 candidats à la présidentielle, les indépendants Omar Awad al-Karim et Ahmed Radi, se sont retirés de la course en dénonçant des irrégularités constatées lors du scrutin.

La mission d'observateurs de l'Union africaine a indiqué dans un communiqué de presse publié après la fermeture des bureaux de vote avoir «observé un taux de participation généralement faible dans l'ensemble».

De plus, des problèmes administratifs et des violences dans les régions du Darfour (ouest) et du Kordofan-Sud, meurtris par des rébellions, ont perturbé ces deuxièmes élections multipartites depuis 1989.

Deux bureaux de vote dans la région d'Al-Sarif au Darfour-Nord ont été jeudi la cible de tirs par des assaillants armés qui ont emporté des urnes, a déclaré le porte-parole de la commission électorale Al-Hadi Mohammed Ahmed lors d'une conférence de presse.

Dans le Kordofan-Sud, des rebelles ont bombardé la capitale Kadougli mercredi, mais le vote n'a pas été perturbé, a-t-il ajouté. Les rebelles avaient lancé plusieurs attaques depuis lundi contre les bureaux de vote, fermant trois d'entre eux.

Ailleurs, une commission d'enquête a fait état d'irrégularités dans un bureau de vote de l'est du pays et les responsables ont été déférés devant la justice, selon M. Ahmed.

Le vote se poursuivra néanmoins jusqu'à vendredi 19H00 dans l'État de Jazira (centre), en raison de problèmes liés au transfert de bulletins dans 152 bureaux de vote. Certains bureaux resteront ouverts en outre jusqu'à samedi dans une région du Darfour-Nord.

Le dépouillement et le comptage des voix doivent commencer vendredi matin.

Les résultats sont attendus fin avril, mais si un candidat n'obtient pas la majorité, un second tour sera nécessaire.

Néanmoins pour Maryam al-Mahdi, n°2 du parti d'opposition Oumma, «Béchir va rafler toutes les voix pour la présidentielle. Il n'y a absolument aucune compétition».

M. Béchir est réclamé par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité et génocide au Darfour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer