Égypte: 22 morts dans des heurts avant un match de soccer

«Il y avait une voiture de police en... (Photo: AFP)

Agrandir

«Il y avait une voiture de police en feu», et la police a effectué «des tirs de chevrotine et des gaz lacrymogènes» a indiqué un témoin.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Égypte
Égypte

Notre dossier sur le soulèvement populaire qui secoue l'Égypte. »

Haitham EL-TABEI
Agence France-Presse
Le Caire

Vingt-deux personnes ont été tuées dimanche soir lors de heurts opposant au Caire la police à des supporteurs du club de soccer Zamalek avant un match, les violences liées aux soccer les plus meurtrières depuis 2012.

Les heurts qui, selon un bilan officiel, ont également fait plus de 25 blessés, ont éclaté devant un stade du nord-est du Caire. Les autorités ont accusé des supporteurs du club de soccer de Zamalek d'avoir cherché à entrer de force dans l'enceinte du stade pour assister à la première rencontre du championnat de première division ouverte au public depuis 2012.

En réaction aux violences, le gouvernement a décidé de suspendre le championnat jusqu'à «une date qui sera décidée ultérieurement», selon un communiqué du bureau du premier ministre Ibrahim Mahlab.

La rencontre programmée contre le club d'Enbi se déroulait devant du public, et non à huis clos comme cela a été le cas pour la plupart des matchs en Égypte depuis des violences meurtrières dans un stade à Port-Saïd en 2012.

Le nombre de supporteurs autorisés à entrer dans le stade dimanche était limité à 10.000, mais «la foule à l'extérieur a rapidement dépassé ce chiffre et a tenté de prendre d'assaut les portes du stade et d'escalader les murs», a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser, et les supporteurs ont tiré des feux d'artifices, selon la police et des témoins.

«Il y avait une voiture de police en feu», et la police fait usage de «tirs de chevrotine et de gaz lacrymogènes» a indiqué un témoin à l'AFP, précisant que «les gens se sont enfuis dans le désert» pour échapper aux heurts.

Un autre témoin, Mostafa Ibrahim, a affirmé que la police «a tiré des gaz lacrymogènes sur un grand nombre de supporteurs dans un espace très réduit. Les gens se piétinaient pour essayer de s'échapper.»

Malgré la gravité de la situation, la rencontre a eu lieu, ce qui a renforcé la colère des supporteurs. Pour avoir refusé de jouer, le défenseur de l'équipe de Zamalek Omar Gaber a été temporairement suspendu par son club.

«La police tue les jeunes»

A l'extérieur de la morgue au Caire les proches des victimes se sont rassemblés pour tenter d'identifier un membre de leur famille.

«Les jeunes sont censés construire ce pays, et la police les tue,» criait un homme, tandis que d'autres proches en sont venus aux mains avec les gardiens de la morgue qui bloquaient l'accès.

Des responsables ont par la suite placé des ordinateurs à l'extérieur de la morgue, faisant défiler des photos des victimes pour permettre leur identification par les familles.

Certaines des victimes avaient la nuque brisée, a indiqué à l'AFP un responsable du ministère de la Santé. Des rapports médicaux-légaux distribués devant la morgue ont montré que deux personnes étaient mortes de «pression extrême sur le torse.»

Le procureur général a ordonné l'ouverture d'une enquête, selon un communiqué du parquet, d'après lequel les supporteurs ont bloqué une route menant au stade et incendié trois voitures de police.

Stades quasi-vides 

En décembre, les autorités égyptiennes avaient décidé d'autoriser le retour en nombre limité des spectateurs pour certains matchs de son championnat de première division de soccer, à l'occasion du début de la phase retour du championnat qui a démarré dimanche.

La Fédération égyptienne avait précisé que cette réouverture des stades au public serait encadrée: seuls 10 000 spectateurs autorisés à assister aux rencontres jouées dans les principaux stades, au Caire et à Alexandrie, et seuls 5000 dans les autres enceintes du pays.

Seuls les matchs opposant deux des six principales équipes du pays, dont Zamalek, continuent de se jouer à huis clos.

A Port-Saïd en février 2012, à l'issue d'une rencontre remportée par le club local d'Al-Masry sur le célèbre club cairote Al-Ahly, des supporteurs d'Al-Masry s'en étaient pris à ceux de l'équipe adverse, provoquant des violences qui avaient fait 74 morts et des centaines de blessés.

Depuis cette catastrophe, le ministère de l'Intérieur n'autorisait qu'un nombre restreint de spectateurs à assister aux matchs joués par les clubs égyptiens dans le cadre des compétitions continentales ainsi qu'aux matchs de l'équipe nationale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer