Nigeria: l'armée dit avoir repris à Boko Haram une ville du nord-est

À deux semaines des élections présidentielles et législatives... (PHOTO PIUS UTOMI EKPEI, AFP)

Agrandir

À deux semaines des élections présidentielles et législatives du 14 février dans le pays le plus peuplé d'Afrique, la lutte contre les islamistes joue un rôle central dans la campagne opposant le président sortant Goodluck Jonathan et son principal rival, l'ex-dictateur Muhammadu Buhari.

PHOTO PIUS UTOMI EKPEI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ABUJA

L'armée nigériane a affirmé vendredi avoir repris au groupe islamiste Boko Haram la ville de Michika, dans le nord-est du pays, où les insurgés sont accusés de massacres récents.

La ville était tombée aux mains des islamistes en septembre 2014. Selon des sources locales, Boko Haram a perpétré depuis plus de deux semaines de nouveaux massacres et rapts dans cette localité de l'État de l'Adamawa, qui comptait plusieurs centaines de milliers d'habitants au sud du lac Tchad.

L'armée a affirmé mener «une vaste opération de nettoyage» après être parvenue à «chasser les terroristes qui opéraient dans la ville et ses environs».

Le porte-parole de l'armée, Chris Olukolade, a évoqué un «retour à la normale». Plusieurs soldats nigérians ont été blessés durant les combats, a-t-il ajouté.

Un élu local avait affirmé en début de semaine que plus de 70% de la population avait fui la ville, de nombreux habitants se réfugiant dans les montagnes voisines.

Il est arrivé que les informations relayées par l'armée à propos d'offensives contre Boko Haram aient été contredites par des témoins. Or il n'était pas possible de joindre des habitants dans l'immédiat.

Si la reprise de Michika à Boko Haram était confirmée, elle marquerait un succès pour l'armée nigériane, vivement critiquée pour n'avoir pu empêcher la progression du groupe, qui a multiplié les violences depuis 2009 et s'est emparé ces derniers mois de territoires entiers dans le nord-est.

À deux semaines des élections présidentielles et législatives du 14 février dans le pays le plus peuplé d'Afrique, la lutte contre les islamistes joue un rôle central dans la campagne opposant le président sortant Goodluck Jonathan et son principal rival, l'ex-dictateur Muhammadu Buhari.

Le porte-parole de l'armée a ajouté que les troupes nigérianes avaient subi des pertes au cours d'opérations contre Boko Haram dans l'État de Borno, voisin de l'Adamawa, où les soldats nigérians tentent de regagner du terrain sur les islamistes.

L'insurrection islamiste et sa répression par l'armée ont fait plus de 13 000 morts et 1,5 million de déplacés au Nigeria.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer