Un touriste tué par un tir «accidentel» en Éthiopie

Un touriste britannique a été tué par balle dans le nord-ouest de l'Éthiopie, a... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

ADDIS ABEBA
Agence France-Presse

Un touriste britannique a été tué par balle dans le nord-ouest de l'Éthiopie, a annoncé jeudi le gouvernement éthiopien qui a affirmé que le tir était accidentel.

Le tireur, qui n'est pas un membre des forces de sécurité mais disposait d'un permis, «portait un fusil à l'épaule et a accidentellement fait feu», a expliqué à l'AFP Shimeles Kemal, un porte-parole du gouvernement.

Les faits se sont déroulés mercredi matin dans une église de la localité touristique de Bahir Dar. La victime était âgée de 47 ans.

L'ambassade britannique à Addis Abeba a simplement confirmé «la mort d'un ressortissant britannique en Éthiopie», sans commenter la version avancée par les autorités éthiopiennes.

Le tireur, un habitant de Bahir Dar a été arrêté et placé en détention et une enquête est en cours a assuré M. Shimeles.

«L'arme est un vieux fusil. Il ne savait pas qu'une balle était engagée», a expliqué le porte-parole, «il ne visait pas le touriste britannique, c'était un accident».

Bahir Dar est la capitale de la région Amhara. Située à 500 km au nord-ouest d'Addis Abeba, sur la rive du lac Tana, source du Nil-Bleu, c'est l'une des principales destinations touristiques d'Éthiopie.

En 2012, cinq touristes européens avaient été tués, deux blessés et deux autres enlevés dans une attaque dans la région de l'Afar (nord-est), non loin de la frontière avec l'Érythrée, une zone considérée comme peu sûre en raison de la présence de groupes armés.

Le gouvernement éthiopien avaient accusé celui Asmara, avec qui il est en conflit depuis une guerre meurtrière entre 1998 et 2000, d'être à l'origine de l'attaque. Un groupe rebelle éthiopien, Le Front uni révolutionnaire démocratique afar (Arduf) avait libéré leurs deux otages six semaines, plus tard et attribué la mort des touristes aux soldats éthiopiens qui les accompagnaient.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer