Nouveau projet de loi anti-homosexuels en Ouganda

Des militants de la cause homosexuelle estiment que... (PHOTO ISAAC KASAMANI, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des militants de la cause homosexuelle estiment que la mesure rendrait la loi plus répressive et augmenterait sa portée.

PHOTO ISAAC KASAMANI, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KAMPALA

Le parti au pouvoir en Ouganda a rédigé un nouveau projet de loi contre l'homosexualité qu'il pourrait faire passer au parlement avant la fin de l'année, ont déclaré samedi des militants des droits de l'homme.

Cette initiative survient près d'un an après l'adoption par les députés d'un projet de loi qui durcissait les peines pour les homosexuels, mais qui a été invalidé en août par la cour constitutionnelle pour une question de procédure, le quorum n'ayant pas été atteint lors du vote.

Cette loi, qui ajoutait notamment la répression de la «promotion de l'homosexualité» et l'obligation de dénoncer les homosexuels à une législation punissant déjà depuis plus d'un demi-siècle les relations homosexuelles de la prison à vie, avait suscité un tollé international. Plusieurs bailleurs avaient gelé une partie de leur aide publique à l'Ouganda.

Selon une copie du nouveau texte qui a fait l'objet d'une fuite, les législateurs ont mis l'accent cette fois sur la lutte contre la «promotion» de l'homosexualité, un délit qui serait passible de sept ans de prison.

Des militants de la cause homosexuelle estiment que la mesure rendrait la loi plus répressive et augmenterait sa portée.

«Ils ont modifié le langage, mais c'est la même chose. C'est en fait pire, car la partie sur la 'promotion' est plus dure», a dit à l'AFP Frank Mugisha, un des principaux militants de la cause gaie de l'Ouganda.

«Si les journaux font état de l'homosexualité, cela peut être considéré comme de la promotion», a-t-il souligné, craignant aussi que les organisations de défense des droits de l'homme puissent aussi être accusées de promotion de l'homosexualité.

Il a ajouté que l'intention du parti au pouvoir était de présenter le texte au parlement «avant la fin de l'année».

«Nous allons tenter de tuer le texte avant qu'il ne se trouve devant le parlement parce que si la loi arrive au parlement elle sera adoptée dès que possible. Les élections approchent et les hommes politiques veulent se présenter comme des pourfendeurs de ce mal qu'est l'homosexualité,» a-t-il dit.

Une majorité de députés a signé une requête demandant un nouveau vote de la loi et le gouvernement a fait appel de la décision de la Cour constitutionnelle devant la Cour suprême.

Le président ougandais a toutefois implicitement mis en garde le mois dernier contre un nouveau vote d'une loi antihomosexualité, évoquant un risque de boycottage économique par les Occidentaux.

Selon ses détracteurs, le président Museveni avait promulgué la loi antihomosexualité, très populaire en Ouganda, essentiellement en vue de la présidentielle de 2016, qui marquera sa 30e année au pouvoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer