Le président burkinabè déchu Blaise Compaoré en Côte d'Ivoire

Blaise Compaoré a démissionné vendredi sous la pression de... (PHOTO LUCAS JACKSON, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Blaise Compaoré a démissionné vendredi sous la pression de la rue.

PHOTO LUCAS JACKSON, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ABIDJAN

L'ex-président burkinabè Blaise Compaoré chassé du pouvoir par une insurrection se trouvait samedi à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire, où il s'est installé la veille au soir dans une résidence d'État pour les hôtes étrangers, selon des témoins et une source sécuritaire contactés par l'AFP.

«Les services de l'hôtel Président de Yamoussoukro lui ont servi le dîner hier (vendredi) et le petit déjeuner ce matin (samedi)», a témoigné un employé de cet hôtel de luxe, qui a lui-même vu M. Compaoré.

Un autre habitant de Yamoussoukro a indiqué avoir vu «un long cortège d'une trentaine de voitures qui a pris la direction de la villa» des hôtes, confirmant une information donnée par le site internet de l'hebdomadaire Jeune Afrique.

La présence de M. Compaoré a été confirmée à l'AFP par une source sécuritaire de haut niveau qui a requis l'anonymat.

Grande bâtisse surmontée d'un dôme doré, la «villa des hôtes» jouxte le palais de l'ancien président ivoirien Félix Houphouët Boigny. La villa est surnommée aussi «Giscardium» pour avoir accueilli comme premier invité l'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing, lors de sa première visite officielle dans les années 1970.

L'ex-président Compaoré, qui a démissionné vendredi sous la pression de la rue, avait quitté le même jour Ouagadougou pour se rendre à Pô, dans le sud du Burkina, selon une source diplomatique française.

Dans la nuit, le lieutenant-colonel Isaac Zida, qui revendique le pouvoir, avait déclaré que l'ex-chef de l'État se trouvait «dans un lieu sûr», son intégrité «physique et morale» étant «assurée».

L'ex-président burkinabè a tissé lorsqu'il était au pouvoir un lien particulier avec la Côte d'Ivoire. Il avait été accusé par l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo de soutien aux rebelles du nord du pays après la tentative de coup d'État de septembre 2002, mais Blaise Compaoré avait réussi ensuite à devenir le principal médiateur dans cette crise.

Selon Radio France Internationale, l'épouse de l'ex-chef d'État burkinabè, Chantal, se trouverait également depuis plusieurs jours en Côte d'Ivoire où elle est née.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer