Afrique du Sud: le dalaï-lama sans visa, le sommet des Nobel de la paix annulé

Le dalaï-lama a accusé jeudi matin le gouvernement... (PHOTO SOCIÉTÉ CULTURELLE TIBÉTAINE DE COLOMBIE-BRITANNIQUE)

Agrandir

Le dalaï-lama a accusé jeudi matin le gouvernement sud-africain de «harceler un simple individu».

PHOTO SOCIÉTÉ CULTURELLE TIBÉTAINE DE COLOMBIE-BRITANNIQUE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LE CAP

La ville du Cap en Afrique du Sud, qui devait accueillir la 14e édition du sommet des prix Nobel de la paix du 13 au 15 octobre, a annoncé jeudi l'annulation de la manifestation en raison du refus de Prétoria de délivrer un visa au dalaï-lama.

«Les prix Nobel et les institutions lauréates participantes sont convenus, en l'absence de visa accordé au dalaï-lama, de renoncer à leur participation collective pour protester contre cette décision», a indiqué la mairie dans un communiqué, précisant que le sommet cherchait désormais une autre destination.

Le dalaï-lama a accusé jeudi matin le gouvernement sud-africain de «harceler un simple individu».

«Le sommet des Prix Nobel qui devait se tenir en l'honneur de feu Nelson Mandela a été annulé suite au refus du gouvernement sud-africain de me délivrer un visa», a-t-il annoncé lors d'un discours dans la ville indienne de Dharamsala, où il vit réfugié.

«Très en colère et grandement déçue», la mairesse du Cap, Patricia De Lille s'est lancée dans son communiqué dans une violente diatribe contre le gouvernement.

La veille, Desmond Tutu, considéré comme la conscience nationale sud-africaine, avait dénoncé l'attitude du gouvernement sud-africain et accusé les successeurs de Nelson Mandela de «cracher au visage» de leur illustre prédécesseur.

«J'ai honte d'avoir à dire que cette bande de lèche-bottes est mon gouvernement», s'était-il déchaîné.

«Il ne fait aucun doute que le gouvernement sud-africain est à blâmer pour cette situation», a déclaré la maire. Elle est membre d'Alliance Démocratique (DA), le principal parti d'opposition à l'ANC au pouvoir en Afrique du Sud depuis vingt ans. La DA dirige la province du Cap depuis 2009.

«Ils ont délibérément induit l'opinion en erreur à propos du refus de visa au dalaï-lama, affirmant ne pas avoir reçu de demande alors qu'en fait, ils ont clairement indiqué à ses représentants qu'aucun visa ne serait délivré pour sa venue au sommet du Cap cette année», a-t-elle ajouté.

C'est la troisième fois que le dalaï-lama, accusé par la Chine de vouloir l'indépendance du Tibet, est traité en indésirable en Afrique du Sud depuis l'accession au pouvoir du président Jacob Zuma en 2009.

L'Afrique du Sud, sous sa conduite, a fait le choix d'une diplomatie prochinoise, et plus généralement, directement au service de ses intérêts économiques, quitte à laisser de côté les questions de gouvernance et de droits de l'homme chères aux prédécesseurs de M. Zuma, Nelson Mandela (1994-99) et Thabo Mbeki (1999-2008).

Le sommet des prix Nobel de la paix devait se tenir pour la première fois en Afrique et être dédié à la mémoire de Nelson Mandela décédé en décembre dernier.

Âgé de bientôt 83 ans, Desmond Tutu, a rappelé qu'en son temps, Mandela n'avait pas hésité à s'asseoir sur les recommandations des Américains quand ceux-ci exigeaient qu'il cesse toute amitié avec les dirigeants Mouammar Kadhafi et Fidel Castro.

Ce nouvel épisode «en dit long sur ce que notre gouvernement est devenu», a lui aussi critiqué l'ancien président sud-africain FW De Klerk, dernier président du régime d'apartheid et qui avait partagé le prix Nobel de la paix remis à Mandela en 1993.

«Après 1994, l'Afrique du Sud semblait être devenue une référence d'espoir pour un monde en mal de justice, de réconciliation, d'intégrité et de principes de gouvernance», a-t-il dit.

«La suspension du sommet du Cap sera peut-être perçue par les futurs historiens comme le moment charnière où l'Afrique du Sud a finalement cessé d'incarner quelque chose de spécial en Afrique et de noble dans le monde», a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer