Écrasement au Mali: une enquête complexe, «aucun corps intègre»

Les experts français, en combinaison blanche, doivent recueillir... (PHOTO SIA KAMBOU, AFP)

Agrandir

Les experts français, en combinaison blanche, doivent recueillir tout ce qu'ils peuvent pour expliquer l'accident et permettre d'identifier les victimes de l'écrasement.

PHOTO SIA KAMBOU, AFP

Sia KAMBOU, Armel BAILLY
Agence France-Presse
RÉGION DE GOSSI et Ouagadougou

En combinaisons blanches, gants et bottes, des experts français fouillent au milieu de débris métalliques jonchant le sol sur le site où s'est écrasé l'avion d'Air Algérie dans le nord du Mali. Ils n'y ont vu «aucun corps intègre», dit l'un d'eux.

Sur ces lieux d'accès difficile dans la zone de Gossi, à environ 150 km de Gao (nord-est du Mali) et sous une chaleur écrasante, chaque mètre carré est passé au peigne fin par ces experts: des gendarmes, des policiers et une équipe du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), un organisme public français dont le rôle est de mener les enquêtes techniques pour déterminer les causes d'un accident d'avion.

Leur mission, recueillir tout ce qui peut l'être pour expliquer l'accident, et permettre d'identifier les victimes de l'écrasement. Il n'y a eu aucun survivant parmi les 118 personnes qui étaient à bord de l'avion, dont 54 Français, 23 Burkinabè, huit Libanais, six Algériens, six Espagnols.

Sur place, «nous avons tout de suite su que nous allons devoir procéder à l'analyse ADN», affirme à l'AFP le colonel Patrick Touron, directeur adjoint de l'institut de recherches criminelles de la gendarmerie française, chargé de l'identification.

«Nous avons constaté que nous n'avions aucun corps intègre» mais «des corps profondément fragmentés et aucun n'était identifiable par des mesures classiques de médecine légale, de dentiste légale, ni même d'empreintes digitales», explique le colonel Touron.

Le site est sous la surveillance de quelques centaines de soldats français, maliens et de la mission de l'ONU au Mali (Minusma).

Y accéder et y maintenir un camp de base relèvent d'un défi logistique. Il faut plusieurs heures à un convoi militaire pour l'atteindre en empruntant des pistes par difficiles. Il faut y acheminer du matériel de vie en campagne, des groupes électrogènes, du matériel de transmission, des moyens frigorifiques.

«Nous assurons le soutien logistique des enquêteurs français, ainsi que de leurs confrères maliens, algériens et espagnols», a indiqué lundi à Pairs le chef d'état-major français, le général Pierre de Villiers.

Les enquêteurs sont acheminés depuis Gao par hélicoptères, un trajet d'environ 45 minutes. Et sur place, ils travaillent sous une chaleur écrasante.

«Les techniques de biologie moléculaire nécessitent une conservation des échantillons de bonne nature. Le temps ici va contre nous. Il fait très chaud et les échantillons sont très rapidement dégradés», dit le colonel Touron.

Les prélèvements effectués au milieu des débris sur le site sont emmenés sous deux tentes blanches estampillées gendarmerie nationale (française).

Des cendres et du sable pour se souvenir 

À l'abri des regards sous une autre tente de fortune, les experts récupèrent également des échantillons sanguins sur des proches de victimes transportés sur les lieux depuis Ouagadougou avec des journalistes, dont un de l'AFP.

«Il est impératif pour nous de récupérer l'ADN des proches de manière à pouvoir ensuite essayer d'identifier un frère, un père, une soeur. (...) Plus nous aurons d'informations, plus l'identification sera rapide», indique le colonel Touron.

En plus d'être en quête de la vérité sur l'écrasement, plusieurs familles ont fait état de leur espoir de récupérer des corps ou des restes de corps.

Rodrigue Sandwidi, qui a perdu un de ses parents dans l'accident, s'est prié aux prélèvements sans difficulté. Cela lui a offert l'occasion d'échanger avec les experts, qui ne permettent pas l'accès aux familles au site des recherches.

«Ils nous ont expliqué avoir récupéré des centaines de restes de victimes. Mais (...) cela peut-être les restes de deux ou trois personnes» sur les 118, a dit M. Sandwidi.

Laurent Bassindua, dont le frère aîné et un ami ont péri dans l'écrasement, a déposé un bouquet de fleurs aux limites de la zone sécurisée et, effondré de douleur, il s'y est accroupi et a prié, la tête dans les mains.

Du site, il emportera «un mélange de cendres et de sable comme un témoignage de l'effroi qui s'est déroulé à Gossi», révèle-t-il, effondré.

«Cela représente ce qui reste de ce qu'il y a de plus cher pour nous. Nous allons conserver tout cela en famille», dit-il, avant d'ajouter, pour toutes les victimes: «J'espère du fond du coeur que tous ces gens reposent en paix.»




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer