Le Nigeria «prêt à dialoguer» avec Boko Haram

«Toutes les filles de cette vidéo ont été... (IMAGE REUTERS/BOKO HARAM)

Agrandir

«Toutes les filles de cette vidéo ont été identifiées comme étant des élèves de l'école secondaire publique de Chibok», a déclaré Kashim Shettima mardi à Abuja, après une séance de visionnage de la dernière vidéo des islamistes avec des habitants de cette ville.

IMAGE REUTERS/BOKO HARAM

Agence France-Presse
LAGOS

Le Nigeria est prêt à dialoguer avec Boko Haram pour assurer la libération des 223 écolières toujours aux mains du groupe islamiste, a déclaré mardi à l'AFP le ministre nigérian des Affaires spéciales Taminu Turaki.

«Le Nigeria a toujours été ouvert au dialogue avec les insurgés», a déclaré M. Turaki, qui a dirigé l'année dernière un comité chargé de réfléchir à un programme d'amnistie avec Boko Haram. «Nous sommes prêts à discuter de tous les problèmes, et les écolières enlevées à Chibok en font partie», a-t-il ajouté.

L'ensemble des filles apparaissant dans la dernière vidéo du groupe islamiste Boko Haram font partie des 200 écolières enlevées mi-avril par le groupe islamiste à Chibok, dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria, selon le gouverneur de cet État.

«Toutes les filles identifiées»

«Toutes les filles de cette vidéo ont été identifiées comme étant des élèves de l'école secondaire publique de Chibok», a déclaré Kashim Shettima mardi à Abuja, après une séance de visionnage de la dernière vidéo des islamistes avec des habitants de cette ville.

État d'urgence prolongé

Le président nigérian a demandé mardi une prolongation de l'état d'urgence dans le nord-est du pays, désormais survolé par des avions américains afin de retrouver les 200 écolières enlevées par le groupe islamiste Boko Haram.

En vigueur depuis un an, l'état d'urgence est cependant d'une efficacité limitée puisqu'il n'a pas empêché l'insurrection de poursuivre ses attaques. Il a ainsi enlevé 276 adolescentes le 14 avril à Chibok, dans l'État de Borno (nord-est), l'un de ses fiefs, parmi lesquelles 223 restent captives. Le sort des jeunes filles a suscité une immense mobilisation internationale.

Dans une lettre adressée au Sénat dont l'AFP a obtenu une copie, le chef de l'État nigérian Goodluck Jonathan demande une «prolongation de l'état d'urgence dans les États d'Adamawa, de Borno et de Yobe», qui expire mercredi.

Si cette requête est approuvée par le Sénat, elle devra ensuite être soumise au vote des députés.

Les mesures spéciales - approuvées le 14 mai 2013 puis renouvelées une première fois six mois plus tard - comprennent notamment le déploiement de soldats dans la région et le brouillage occasionnel du réseau de téléphonie mobile afin d'empêcher la planification de nouvelles attaques de Boko Haram.

Les États-Unis ont annoncé lundi que des avions-espions américains survolent désormais le nord du Nigeria.

«Nous avons partagé des images de satellites commerciaux avec les Nigérians et nous effectuons des vols, avec pilotes, d'espionnage, de surveillance et de reconnaissance au-dessus du Nigeria, avec la permission du gouvernement», a révélé un haut fonctionnaire de l'administration américaine.

Face à l'émotion mondiale suscitée par ce rapt sans précédent, le gouvernement nigérian, pourtant traditionnellement rétif aux ingérences étrangères, a accepté l'aide internationale.

Les États unis le Royaume-Uni et la France ont dépêché des équipes, Israël et la Chine ont proposé leur aide.

Des experts américains passent d'ailleurs «à la loupe» la vidéo de Boko Haram obtenue lundi par l'AFP et montrant une centaine de jeunes filles présentées comme les écolières kidnappées, a indiqué la diplomatie américaine.

La coordinatrice nigériane de la campagne «Bring Back Our Girls» (Ramenez nos filles), Hadiza Bala Usman, a indiqué à l'AFP que «trois parents avaient identifié leurs filles sur la vidéo» de Boko Haram.

«Le gouverneur (de Borno) Kashim Shettima a organisé un visionnage à Maïduguri (la capitale de l'État) et fait venir les parents de Chibok pour essayer d'identifier d'autres filles», a-t-elle ajouté.

Abuja rejette les «conditions»

Dans la vidéo, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, exige la libération de ses «frères» combattants prisonniers en échange de celle des jeunes filles.

Le gouvernement avait fermement refusé aux insurgés le droit de «poser leurs conditions».

Shekau affirme que le marchandage ne concernerait que les filles «qui ne se sont pas converties» à l'islam. En effet, alors qu'il avait menacé de les traiter en «esclaves» dans une précédente vidéo, il explique avoir entrepris de convertir les otages à la religion musulmane.

La nouvelle vidéo de Boko Haram montre environ 130 adolescentes assises à l'air libre sous des arbres, dans un lieu non identifié, en train de réciter ensemble la «fatiha», l'une des principales sourates du Coran.

Sommet samedi à Paris 

À l'initiative de François Hollande, un sommet régional doit se tenir samedi à Paris pour aider le Nigeria et ses voisins à faire face au défi posé par Boko Haram, dont le nom en langue haoussa signifie «L'éducation occidentale est un péché».

Ce sommet devrait rassembler, autour du président français, les dirigeants d'au moins cinq pays africains : le Nigeria et quatre de ses voisins, le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Bénin. Américains et Britanniques ont également été invités.

Très critiqué pour son inaction dans un premier temps, le président nigérian s'est dit lundi «très optimiste» sur l'opération de recherche en cours, grâce à l'appui logistique de la communauté internationale.

Du côté de l'opinion internationale, la mobilisation ne faiblit pas non plus.

Deux anciennes «premières dames» françaises, Carla Bruni-Sarkozy et Valérie Trierweiler, ont participé mardi à une manifestation à Paris avec des célébrités du monde du spectacle.

À l'image de la «première dame» américaine Michelle Obama, des centaines de milliers d'anonymes et de célébrités ont ces derniers jours pris d'assaut les réseaux sociaux avec le hashtag BringBackOurGirls, cri de ralliement pour sauver les jeunes filles.

Le journal camerounais Mutations s'interrogeait d'ailleurs mardi sur le «silence» des épouses de présidents africains.

L'insurrection de Boko Haram a fait des milliers de morts depuis 2009, dont près de 2000 depuis le début de cette année. Initialement concentrées dans le Nord à majorité musulmane, où Boko Haram réclame la création d'un État islamique, les violences ont récemment fait des dizaines de morts à Abuja, la capitale fédérale, avec deux attentats à la voiture piégée.

-Avec Cécile DE COMARMOND




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer