Rwanda: les accusations du Globe and Mail sont «bidons», dit un ministre

Kayumba Nyamwasa a survécu à deux tentatives d'assassinat... (Photo MARCO LONGARI, Archives AFP)

Agrandir

Kayumba Nyamwasa a survécu à deux tentatives d'assassinat depuis 2010.

Photo MARCO LONGARI, Archives AFP

Agence France-Presse
KIGALI

Les informations sur lesquelles reposent l'enquête du quotidien canadien The Globe and Mail assurant que le gouvernement rwandais a fomenté des tentatives d'assassinats contre des opposants au régime sont «bidons», selon le ministre de la Justice rwandais, Johnston Busingye lundi.

«Je pense que ce sont les accusations les plus bidons que je n'ai jamais entendues», a déclaré le ministre lors d'une interview à l'AFP.

Le journal canadien assure avoir parlé à des exilés basés en Afrique du Sud et en Belgique, l'ancienne puissance coloniale, qui auraient été recrutés par des agents du renseignement militaire rwandais pour embaucher des hommes de main chargés de tuer les adversaires du président Paul Kagame.

L'article repose principalement sur une conversation téléphonique qui aurait été enregistrée en 2011, entre le chef du renseignement militaire rwandais, le colonel Dan Munyuza et l'ancien major Robert Higiro et révélée par ce dernier, désormais exilé en Belgique.

Au cours de cette conversation, les deux hommes parlent de la façon d'éliminer deux anciens collaborateurs de M. Kagame.

«Le prix n'est pas un problème», aurait déclaré Munyuza dans l'enregistrement, offrant un million de dollars pour l'assassinat de l'ex-général Kayumba Nyamwasa et de l'ancien chef des services secrets Patrick Karegeya, exilés à Johannesburg.

«Il y a tout un canular d'information», assure M Busingye.

«Vous n'avez pas accès à une accusation comme celle-là et vous la gardez (...) et quand quelqu'un meurt (...) vous dites : 'je sais, j'ai quelques informations que je veux partager avec le monde'», ironise le ministre de la Justice.

«Je veux croire qu'il y a une motivation politique derrière les agissements de ces individus», assure-t-il.

«Sinon, je ne vois pas comment je peux avoir de très bonnes informations pour procureur ou un juge ou pour une enquête et les garder», détaille-t-il.

Pour le ministre, ce genre d'informations n'auraient pas dû être à destination des médias, mais de la justice.

Le gouvernement rwandais est régulièrement accusé d'être derrière les mauvais coups frappant les opposants de Paul Kagame qui ont demandé l'asile politique à l'étranger.

Kigali a toujours nié tout lien avec ces actions.

Kayumba Nyamwasa a survécu à deux tentatives d'assassinat depuis 2010.

Patrick Karegeya a été retrouvé mort le 1er janvier, étranglé dans un hôtel de luxe de Johannesburg.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer