Soudan du Sud: Washington inquiet de «violations» du cessez-le-feu

Des combattants rebelles campés dans l'État du Nil... (Photo Goran Tomasevic, Reuters)

Agrandir

Des combattants rebelles campés dans l'État du Nil supérieur.

Photo Goran Tomasevic, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis se sont inquiétés samedi de «violations» répétées du cessez-le-feu conclu par le gouvernement sud-soudanais et les rebelles, après des semaines de violences au cours desquelles des milliers de personnes ont été tuées.

«Nous sommes profondément préoccupés par des rapports signalant des violations à la fois par le gouvernement du Soudan du Sud et par les forces anti-gouvernementales de l'accord de cessation des hostilités signé le 23 janvier à Addis Abeba», a annoncé la porte-parole du département d'État, Jen Psaki, dans un communiqué.

«Nous appelons au redéploiement ou à un retrait progressif des forces étrangères invitées par l'une des parties (belligérantes), et nous lançons un avertissement à propos des conséquences graves (des violations) qui pourraient amener à la régionalisation de ce conflit», a-t-elle ajouté.

Déclenché par des combats mi-décembre à Juba entre unités rivales de l'armée qui se sont propagés au reste du pays, le conflit, qui a déjà fait plusieurs morts - jusqu'à 10 000 selon certains analystes - oppose maintenant l'armée gouvernementale du président Salva Kiir et des forces regroupées derrière l'ancien vice-président Riek Machar.

Le 23 janvier, un accord de cessation des hostilités a été conclu entre les deux camps, après trois semaines d'ardues négociations.

Depuis le 3 février, un groupe d'observateurs chargé de vérifier le respect du cessez-le-feu est arrivé à Juba, la capitale du Soudan du Sud. Beaucoup craignent que les observateurs, non armés, peinent à surveiller les lignes de front, et Mme Psaki a appelé à faciliter leur «important travail».

Elle a aussi demandé au gouvernement sud-soudanais de libérer quatre détenus politiques: «Une libération rapide et un transfert de tous les détenus réduiraient la tension et renforceraient la confiance dans un processus de réconciliation pour tous», a-t-elle argué.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer