RDC: Kigali accusé de toujours soutenir le M23

Un soldat du M23 est assis dans le... (PHOTO PHIL MOORE, AFP)

Agrandir

Un soldat du M23 est assis dans le confessionnal d'une église utilisée par les rebelles pour enseigner aux chefs communautaires les valeurs du mouvement, à Rumangabo, un territoire de l'est de la RDC contrôlé par le M23, le 20 juillet.

PHOTO PHIL MOORE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Kinshasa, RDC

Un rapport de l'ONG des droits de l'homme Human Rights Watch affirme que le Rwanda continue de soutenir la rébellion congolaise Mouvement du 23 mars (M23), active dans l'est de la République démocratique du Congo voisine, et accusée de graves exactions.

«Des habitants de la région et des rebelles déserteurs ont décrit de récentes activités attestant que les forces criminelles du M23 ont reçu de l'aide en provenance du Rwanda», écrit HRW, qui dit avoir mené depuis mars plus de 100 entretiens, notamment avec des victimes près de la frontière congolo-rwandaise.

«Parmi ces activités figurent des mouvements réguliers du Rwanda vers la RDC d'hommes en uniforme de l'armée rwandaise et l'approvisionnement du M23 en munitions, en vivres et en autres fournitures provenant du Rwanda», poursuit le rapport.

Le document évoque aussi des recrutements forcés de jeunes hommes et de garçons en RDC et au Rwanda. Au Rwanda, «des officiers de l'armée rwandaise ont formé de nouvelles recrues du M23, et ont communiqué avec et rencontré des dirigeants du M23 à plusieurs reprises», est-il précisé.

Parmi les hommes recrutés au Rwanda «figurent des militaires rwandais démobilisés et d'anciens combattants des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda, rébellion hutu), dont la plupart avaient été intégrés dans la Force de réserve de l'armée rwandaise, ainsi que des civils rwandais», poursuit le rapport.

Le rapport indique par ailleurs que «deux anciens officiers du M23 ont affirmé à Human Rights Watch que certains des combattants rwandais de leurs unités leur avaient dit avoir fait partie des contingents fournis par le Rwanda aux opérations de maintien de la paix en Somalie ou au Darfour», au Soudan.

«Nous n'avons jamais envoyé de Casques bleus en Somalie», a affirmé à l'AFP Yolande Makolo, porte-parole de la présidence rwandaise. «Cela prouve que HRW ne recule devant rien pour causer du tort au Rwanda. Ils (...) ne prennent même pas la peine de vérifier les témoignages qu'ils paient», a-t-elle accusé.

Fin février, 11 pays ont signé l'accord d'Addis-Abeba, selon lequel ils s'engagent à ne plus soutenir de groupes armés dans l'est de la RDC. Le Rwanda et l'Ouganda, voisins de la RDC et signataires de cet accord, ont été accusés par des experts de l'ONU de soutenir le M23 - des accusations qu'ils réfutent.

Le rapport explique aussi que le M23 a «exécuté sommairement au moins 44 personnes et violé au moins 61 femmes et filles depuis mars». En outre, des officiers de l'armée congolaise auraient soutenu des factions de miliciens hutu congolais coupables de «plusieurs meurtres et viols (...) dans les zones contrôlées par le M23 et aux alentours».

Parmi les factions soutenues par les FARDC figureraient aussi certaines qui composent les FDLR, actives dans l'Est congolais, où elles commettent régulièrement des exactions (viols, pillages...) contre les civils. Des éléments des FDLR sont recherchés pour participation au génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda.

Le M23 est actif depuis mai 2012 dans la province riche et instable du Nord-Kivu. Il est essentiellement composé de Tutsi congolais intégrés dans l'armée congolaise après un accord de paix signé en 2009. Ils se sont mutinés en avril 2012, estimant que cet accord n'avait jamais été pleinement respecté.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer