Nigeria: fermeture des écoles après un massacre

Quarante-deux personnes, des élèves pour la plupart, ont... (PHOTO PIUS UTOMI EKPEI, archives AFP)

Agrandir

Quarante-deux personnes, des élèves pour la plupart, ont été tuées la nuit de vendredi à samedi dans l'attaque d'un lycée du nord-est du Nigeria par des hommes armés présentés comme des islamistes de Boko Haram, en conflit frontal avec les forces de sécurité nigérianes.

PHOTO PIUS UTOMI EKPEI, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LAGOS

Les écoles secondaires de l'État de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, seront fermées jusqu'à la rentrée de septembre à la suite du massacre de 42 personnes au cours de l'attaque d'un lycée, attribuée au groupe islamiste Boko Haram, annonce dimanche un communiqué officiel.

«Toutes les écoles secondaires de l'État seront fermées du lundi 8 juillet à la rentrée de septembre», déclare le gouverneur de l'État, Ibrahim Gaidama.

Le gouverneur appelle également l'armée nigériane à rétablir les liaisons des téléphones cellulaires, car leur suspension empêche les habitants de rendre compte d'activités suspectes dans la région.

L'armée a interrompu les communications dans le nord-est du pays au début de son offensive, le 15 mai, contre les positions de Boko Haram afin de mettre un terme aux activités militaires de la secte extrémiste. Une initiative d'abord appréciée des habitants, mais qui, maintenant, s'impatientent de ne pouvoir communiquer, selon le gouverneur.

Les lignes téléphoniques terrestres sont rares au Nigeria, comme dans la plupart des pays africains.

Quarante-deux personnes, des élèves pour la plupart, ont été tuées la nuit de vendredi à samedi dans l'attaque d'un lycée de l'État de Yobe par des hommes armés présentés comme des islamistes de Boko Haram, selon des sources hospitalières.

L'attaque, qui a eu lieu contre les élèves et les membres du personnel de l'établissement public d'enseignement secondaire de Mamudo, a entrainé la mort de 21 personnes, selon l'armée.

Mamudo est situé à quelque 5 km de Potsikum, grand centre commercial de l'État de Yobe, qui est l'un des foyers de l'insurrection de Boko Haram ces derniers mois.

L'Union européenne a condamné dimanche «le meurtre ignoble d'enfants innocents» dans un communiqué de Catherine Ashton, chef de la diplomatie de l'UE, au nom des 28 États membres.

Il s'agit de la troisième attaque contre une école de la région, deux se sont déroulées dans l'État de Yobe.

Le 17 juin, des extrémistes de Boko Haram avaient tué neuf étudiants qui passaient un examen dans une école privée de Maiduguri, l'un des bastions du groupe.

La veille, des membres du groupe avaient ouvert le feu dans un établissement scolaire de Damaturu, tuant sept élèves et deux professeurs.

L'armée nigériane mène une offensive de très grande envergure contre Boko Haram dans trois États du nord-est - Borno, Yobe et Adamawa - où l'état d'urgence a été décrété.

Les attentats de Boko Haram dont le nom signifie «l'éducation occidentale est un pêché», et la répression menée par les forces de sécurité ont fait au moins 3600 morts depuis le début de l'insurrection en 2009, selon l'ONG Human Rights Watch.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer