Afrique du Sud: un quart de la population a faim, la moitié est pauvre

La pauvreté est aujourd'hui le lot de 25,5... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

La pauvreté est aujourd'hui le lot de 25,5 millions de Sud-Africains, soit 62% des familles noires et 33% des métis, tandis qu'elle touche 7% des familles indiennes et un peu plus de 1% des familles blanches.

PHOTO ARCHIVES AP

Partager

Claudine Renaud
Agence France-Presse
Johannesburg

Pays le plus riche du continent africain, l'Afrique du Sud compte plus d'un quart d'habitants trop pauvres pour manger à leur faim (environ 26%) et plus de la moitié vivant sous le seuil de pauvreté (52%), dix-huit ans après la fin de l'apartheid et l'instauration de la démocratie.

Être pauvre en Afrique du Sud n'exclut pas que l'on possède un réfrigérateur (57%), une radio (55%), un téléviseur (62%) et surtout un téléphone portable (80%), soit presque autant que les ménages non pauvres (89%), selon l'enquête sur les conditions de vie publiée mardi par l'agence nationale statistique.

Et contrairement à de nombreux autres pays africains, les ménages pauvres ont majoritairement accès à l'électricité (70%), à l'eau courante (52%) et à l'aide sociale pour au moins un membre de la famille (71%), selon l'enquête.

En revanche, les chiffres de Statistic South African démontrent sans appel que le visage de la pauvreté reste encore largement marqué par la politique d'exclusion économique systématique menée sous l'apartheid au détriment de la majorité noire.

Le régime de l'apartheid, instauré en 1948, était une doctrine visant à imposer à tous les niveaux de la société une stricte ségrégation raciale, qui a été abolie en 1994 avec pour la première fois le droit de vote pour les Noirs.

La pauvreté est aujourd'hui le lot de 25,5 millions de Sud-Africains, soit 62% des familles noires et 33% des métis, tandis qu'elle touche 7% des familles indiennes et un peu plus de 1% des familles blanches.

Un tiers des Sud-Africains noirs (32%) ne mange pas à leur faim.

Le seuil de pauvreté alimentaire est défini comme la somme en dessous de laquelle il est impossible de se nourrir pendant un mois, soit 305 rands (26 euros) par personne en mars 2009, à la date de l'enquête.

Le seuil de pauvreté est lui défini comme le minimum indispensable pour manger, mais aussi subvenir à d'autres besoins vitaux (se loger, se vêtir, se soigner, scolariser ses enfants), soit 577 rands mensuels (50 euros) pour tenir un mois par personne.

Le fardeau est aussi très inégalement réparti et se concentre surtout dans les zones traditionnelles, rurales ou dans les bidonvilles.

Au Limpopo (nord), province rurale frontalière du Zimbabwe, près de la moitié des habitants vit en dessous du seuil de pauvreté alimentaire et les trois quarts sous le seuil de pauvreté.

La région natale de Mandela parmi les plus pauvres

Autres provinces très pauvres: le Cap oriental (sud), région natale de Nelson Mandela qui fournit des bataillons de travailleurs migrants dans les mines; le Mpumalanga et le Kwazulu-Natal, province la plus peuplée et fief du président Jacob Zuma. Un quart des ménages pauvres d'Afrique du Sud vivent en pays zoulou.

À l'opposé, les deux tiers des ménages au Cap et de son arrière-pays échappent à la pauvreté.

La pauvreté va aussi souvent de pair avec la maladie, un très faible niveau scolaire (14% de bacheliers contre 46% parmi les non pauvres), plus de difficultés à lire ou écrire que les autres, une absence d'emploi stable et l'obligation de travailler dans le secteur informel ou chez des particuliers.

Le confort de la vie moderne est un luxe.

La plupart des ménages pauvres ont au moins un lit (88%), mais très peu ont une voiture (9% contre 44% parmi les ménages non pauvres), un abonnement internet (4% contre 17%) ou un lave-linge (12% contre 45%).

Lorsque, comme ces derniers mois, les prix de l'alimentation s'envolent, c'est un drame pour les familles qui alimente un climat de contestation sociale dure, comme on l'a vu durant les récentes grandes grèves de mineurs.

De fait, près de la moitié des dépenses des ménages pauvres part en nourriture (42,3% contre 16,1% pour le poste alimentation chez les ménages non pauvres) selon l'enquête.

La politique d'allocations familiales ou vieillesse mise en place par l'ANC est la seule soupape de sécurité pour éviter l'explosion. Les aides sociales sont la principale source de revenus pour 55% des ménages sud-africains pauvres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer