Les Européens défient Trump sur le climat en vue du G20

Outre les divergences avec Donald Trump, d'autres sujets... (Photo Yuri Gripas, Reuters)

Agrandir

Outre les divergences avec Donald Trump, d'autres sujets de conflits risquent de parasiter le G20.

Photo Yuri Gripas, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Yacine Le Forestier
Agence France-Presse
Berlin

Les dirigeants européens ont réaffirmé jeudi leur engagement en faveur du climat et du libre-échange dans une mise en garde à Donald Trump avant le sommet du G20 la semaine prochaine, qui s'annonce particulièrement houleux.

«Sur le climat nous réaffirmerons clairement notre engagement très fort pour les accords de Paris et notre volonté d'aller de l'avant, avec pour moi l'espoir, en tout cas, que les uns et les autres soient ramenés à la raison et puissent nous suivre», a déclaré le président français Emmanuel Macron à l'issue d'une réunion préparatoire au G20 à Berlin avec plusieurs de ses homologues de l'UE.

M. Macron faisait allusion au président américain Donald Trump qui a annoncé le retrait des États-Unis de cet accord conclu pour lutter contre le réchauffement de la planète.

La Première ministre britannique Theresa May a assuré de son côté que «l'engagement du gouvernement britannique» sur «la nécessité de faire face au changement climatique était aussi ferme que possible».

«Divergences»

Angela Merkel, qui organisait la réunion avec l'objectif de souder les Européens en vue des discussions difficiles du sommet du G20 les 7 et 8 juillet à Hambourg, a reconnu qu'il y avait sur le climat «des divergences qu'on ne peut pas masquer».

Elle a indiqué vouloir oeuvrer au G20 en faveur d'une déclaration commune, sans pouvoir garantir le succès lors de cette réunion qui s'annonce comme l'une des plus conflictuelles de ces dernières années.

Outre la France, le Royaume-Uni et l'Italie, pays de droit du G20, Mme Merkel avait aussi convié les représentants de plusieurs pays «invités» du forum de Hambourg, comme l'Espagne, les Pays-Bas ou la Norvège, ainsi que les responsables des institutions de l'Union européenne.

Dans la matinée, à la Chambre des députés, elle s'était livrée à une attaque en règle contre Donald Trump.

«Plus que jamais aujourd'hui, ceux qui croient pouvoir régler les problèmes du monde par le protectionnisme et l'isolationnisme commettent une énorme erreur», a-t-elle lancé.

Les relations entre Berlin et Washington, au beau fixe sous l'ère Barack Obama, se sont envenimées après la rupture opérée par son successeur sur le climat et sur le commerce.

Donald Trump vise en particulier l'Allemagne et ses exportations automobiles vers les États-Unis et a laissé planer la menace de taxes douanières.

À Berlin, les dirigeants européens ont tous souligné l'importance du libre-échange, qui constituera une autre pomme de discorde au G20.

Sur «le commerce international, l'Europe est, je crois, le seul espoir de vraiment défendre la vision d'un libre échange juste, à la fois contre le protectionnisme et contre toute pratique de dumping», a dit Emmanuel Macron.

Ne pas «isoler»

Ce dernier a dans le même temps fait entendre sa différence au sujet des tensions avec Washington.

Alors qu'Angela Merkel adopte une ligne dure, le chef de l'État a appelé à ne «pas rompre» avec les États-Unis ni «isoler» le pays.

«Nous pouvons partager des désaccords» mais «la relation avec les États-Unis est une relation de long terme, profonde dans de nombreux domaines», notamment au plan militaire, a-t-il argumenté.

Le chef de l'État vient de réaliser un «coup» diplomatique en obtenant que Donald Trump participe à la fête nationale française du 14 juillet, après avoir déjà faire venir le président russe Vladimir Poutine à Paris.

Compte tenu des difficultés avec Washington, Angela Merkel a aussi entrepris en vue du G20 de nouer des alliances avec les puissances émergentes asiatiques comme l'Inde ou la Chine. Ce qui ne l'empêche pas de se méfier des ambitions de Pékin.

Elle a mis en garde, dans une interview jeudi, contre son expansionnisme économique, la Chine considérant l'Europe «comme une péninsule asiatique».

«L'Europe doit travailler d'arrache-pied à défendre son influence», a-t-elle ajouté, apportant son soutien au projet de M. Macron visant à mieux défendre au plan européen les secteurs industriels stratégiques des appétits étrangers.

Outre les divergences avec Donald Trump, d'autres sujets de conflits risquent de parasiter le G20.

Berlin a ainsi rejeté jeudi une demande du chef de l'État turc Recep Tayyip Erdogan de s'adresser à ses compatriotes en marge du sommet, dans un contexte très tendu entre les deux pays.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer