Nobel: la Colombie parmi les favoris pour la paix

Le président colombien Juan Manuel Santos (à gauche)... (Photo Fernando Vergara, AP)

Agrandir

Le président colombien Juan Manuel Santos (à gauche) serre la main du commandant des FARC Rodrigo Londono après avoir signé l'accord de paix, le 26 septembre à Carthagène.

Photo Fernando Vergara, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pia OHLIN, Pierre-Henry DESHAYES
Agence France-Presse
Stockholm et Oslo

Les anciens belligérants en Colombie sont parmi les favoris au Nobel de la paix cette année, même si pour ce prix comme pour les autres décernés à partir de lundi, spéculation ne rime pas forcément avec prémonition.

La saison s'ouvre avec le prix de médecine lundi à Stockholm, suivi de ceux de physique et chimie, avant la littérature probablement jeudi (date à confirmer), puis la paix le 7 octobre à Oslo. Le prix d'économie est prévu le 10.

L'Institut Nobel norvégien a été inondé par les candidatures au prix de la paix : 376, soit une centaine de plus que le précédent record de 278 établi en 2014. Deviner qui sera honoré est un exercice compliqué, sinon vain.

Mais experts, commentateurs et promoteurs de paris voient bien placés le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, marxistes), qui ont signé un accord de paix historique lundi.

Autres noms cités pour la paix : la militante russe des droits de l'Homme Svetlana Gannouchkina, les négociateurs de l'accord sur le nucléaire iranien, Ernest Moniz et Ali Akbar Salehi, des habitants des îles grecques aidant les migrants, le docteur congolais Denis Mukwege qui soigne les femmes violées, ou l'Américain qui a révélé l'ampleur de la surveillance électronique par la NSA, Edward Snowden.

Le candidat à la présidence des États-Unis Donald Trump aurait aussi été nommé, mais ses chances sont nulles.

Réfugiés en Russie, en Grèce

Dan Smith, directeur de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, verrait de dignes lauréats dans le président colombien Juan Manuel Santos et le leader des FARC Rodrigo Londoño, alias Timochenko, même si l'encre de l'accord est à peine sèche.

« Mon espoir est que le Comité Nobel à Oslo soit inspiré par la décision de son prédécesseur d'attribuer le prix en 1993 à Nelson Mandela et Frederik de Klerk, artisans d'une fin pacifique à l'apartheid », explique-t-il à l'AFP.

Kristian Berg Harpviken, son homologue à l'institut de recherche sur la paix d'Oslo, le Prio, acquiesce. « Les deux parties ont eu la volonté de s'attaquer aux questions difficiles, et la conclusion du conflit semble de plus en plus irréversible », a-t-il estimé.

Pourtant lui voit plutôt Mme Gannouchkina l'emporter. Couronner ses décennies de lutte pour les droits des réfugiés et migrants en Russie enverrait un signal fort à un moment où « l'accueil des réfugiés devient polémique à un point inquiétant en Occident », sans compter que cela « attirerait l'attention sur le bilan problématique de l'exécutif russe actuel ».

Pour les parieurs, les Grecs insulaires qui sauvent des vies et viennent en aide aux réfugiés venus des côtes turques voisines sont les lauréats les plus probables.

Le prix 2015 avait cependant montré la difficulté des pronostics, en récompensant les acteurs de la transition de la Tunisie vers la démocratie, auxquels nul ne songeait.

Enfin un écrivain américain ?

Dans l'autre prix très commenté, celui de littérature, certains noms reviennent année après année parmi les conjectures.

Le romancier japonais Haruki Murakami a encore la meilleure cote chez les parieurs. Le poète syrien Adonis et le romancier kényan Ngugi wa Thiong'o sont cités aux côtés d'auteurs américains mondialement célèbres comme Don DeLillo, Philip Roth et Joyce Carol Oates.

On pense aussi au Britannique Salman Rushdie, à l'Albanais Ismail Kadaré, à l'Israélien David Grossman, au Français Milan Kundera et au dramaturge norvégien Jon Fosse.

L'Académie suédoise « va soit choisir quelqu'un dont le nom revient depuis longtemps, soit surprendre tout le monde », avance le journaliste culture du quotidien Dagens Nyheter, Björn Wiman.

« Je pense que ce sera Fosse », se hasarde-t-il. « Il est à part, un peu innovateur et ça fait longtemps qu'un auteur de théâtre n'a pas gagné le prix ». Précisément depuis 2005 et le Britannique Harold Pinter.

Madelaine Levy, critique littéraire chez le concurrent Svenska Dagbladet, a rappelé l'absence des Américains depuis Toni Morrison en 1993. « C'est peut-être dû à un canevas d'écriture qui est hollywoodien et peut être vu comme moins littéraire, et au fait que certains sont trop productifs ».

L'écrivain et critique Sigrid Combüchen refusait cette charade. « Spéculer sur le nom du vainqueur est complètement idiot. C'est comme de demander au père Noël de nous dire ce qu'il a dans sa hotte ».

En 2015, la Bélarusse Svetlana Alexievitch, favorite des parieurs, avait été choisie.

Chaque prix est récompensé de 8 millions de couronnes suédoises (environ 1,2 million de dollars canadiens), à se partager entre lauréats s'il y en a plusieurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer