• Accueil > 
  • International 
  • > Le pape François ouvre la voie à des femmes diacres dans l'Église 

Le pape François ouvre la voie à des femmes diacres dans l'Église

Le pape François.... (Photo Filippo Monteforte, Agence France-Presse)

Agrandir

Le pape François.

Photo Filippo Monteforte, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Cité du Vatican

Le pape a ouvert jeudi la voie à l'ordination de femmes diacres, à même de prêcher et de célébrer des baptêmes ou des mariages, une révolution pour l'Église catholique où seuls les hommes peuvent donner les sacrements.

S'adressant à plusieurs centaines de religieuses lors d'une réunion à huis clos, le pape a répondu par l'affirmative à l'une d'entre elles qui lui demandait s'il était possible de créer une commission pour étudier cette question, selon l'Osservatore romano, le journal du Vatican.

«Je pense que oui, ce serait bien pour l'Église de clarifier ce point. Je suis d'accord. Je parlerai pour qu'on fasse quelque chose dans ce genre», selon des propos rapportés par des agences italiennes et religieuses.

Dans l'Église catholique, les diacres peuvent prononcer le sermon à la messe, célébrer baptêmes, mariages et funérailles, mais ils ne peuvent pas dire la messe seuls: il faut un prêtre pour célébrer l'eucharistie, de même que pour confesser les fidèles.

Le diaconat est longtemps resté une étape vers la prêtrise, mais le concile Vatican II a rétabli le diaconat permanent, accessible à des hommes mariés, qui pallient souvent le manque de prêtres ou les assistent. En 2014, l'Église comptait 44 500 diacres permanents (pour 415 000 prêtres), 33% de plus qu'en 2005, essentiellement en Amérique du Nord et en Europe.

Aux États-Unis, la Conférence pour l'ordination des femmes a estimé que la commission envisagée par François serait «un grand pas» vers la reconnaissance par l'Église de sa propre histoire.

De nombreux travaux historiques ont en effet révélé l'existence dans les premiers siècles du christianisme de diaconesses travaillant avec les hommes.

Selon les agences, le pape a raconté aux religieuses avoir évoqué cette question avec «un professeur bon et sage» pour tenter de savoir si ces femmes avaient été ordonnées. «C'était un peu obscur», a-t-il ajouté en répétant qu'une commission officielle chargée d'étudier cette question pourrait être utile.

Inégalité flagrante

Le pape François a plusieurs fois évoqué sa volonté de remédier à l'inégalité entre hommes et femmes dans l'exercice des responsabilités au sein de l'Église.

Il a ainsi cherché à encourager l'influence théologique des femmes et a répété qu'une femme pourrait un jour prochain diriger un dicastère (ministère) de la Curie.

«Les femmes sont comme les fraises dans un gâteau, il en faut toujours plus», plaisantait-il ainsi devant des théologiens en décembre 2014.

Il n'a jusqu'à présent pas pris de mesures concrètes pour faire évoluer les choses. Entre les 700 000 religieuses et l'armée des laïques, les femmes sont largement majoritaires parmi les personnes oeuvrant au quotidien de la vie des paroisses, mais restent subordonnées à un membre masculin du clergé.

Le pontife argentin a récemment réaffirmé qu'il n'était pas envisageable que des femmes deviennent prêtres, expliquant que ses prédécesseurs, en particulier Jean Paul II, avaient longuement examiné cette proposition avant d'y répondre par la négative.

Lors du dernier synode des évêques sur la famille en octobre, où nombre d'observateurs avaient relevé la quasi-absence des femmes dans les débats, un évêque canadien, Mgr Paul-André Durocher, avait été vivement applaudi après avoir proposé que des femmes puissent devenir diacres.

«François sent que le temps passe et qu'il doit prendre des décisions courageuses même si la majorité de la hiérarchie de l'Église n'est pas prête», a expliqué à l'AFP le vaticaniste Marco Politi, auteur de «François parmi les loups», estimant que les résultats de la commission seraient connus «dans un an».

«C'est la méthode Bergoglio», a déclaré à l'AFP le vaticaniste Iacopo Scaramuzzi. «On ne connaît pas le résultat. Le pape pose ça là. Il lance une hypothèse, provoque, propose, mais sans rompre».

Pour l'historienne Lucetta Scaraffia, «c'est la première fois que des religieuses demandent quelque chose au pape, et de manière aussi directe, sur le rôle des femmes dans l'Église».

Selon elle, ordonner des femmes diacres n'aurait «rien à voir» avec la question de femmes prêtres, mais viendrait reconnaître «le rôle que les femmes jouent déjà dans l'Église. Il y a beaucoup de femmes qui (...) font le boulot d'un diacre, mais ce n'est pas reconnu parce qu'elles sont des femmes».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer